fbpx

Trucs et astuces santé: le traitement du Panaris

Le panaris est une infection qui se situe le plus souvent sur le pourtour ou le dessous d’un ongle principalement du doigt ou d’un orteil. Cependant, il peut aussi se situer au niveau de la pulpe, sur le côté ou sur le dos d’un doigt, voire même sur la paume de la main. Le  germe responsable du panaris est le staphylocoque doré, mais il peut aussi s’agir d’un streptocoque, d’un entérocoque, etc.  Néanmoins, Que faut-il savoir ???

Il existe deux types de panaris : le panaris superficiel et le panaris profond

1- Le panaris superficiel

il se situe sur le pourtour du doigt ou dans sa chair. Il se reconnaît par une inflammation rapide, un gonflement, une rougeur et s’accompagne d’une douleur lancinante. Il est important de le prendre en charge rapidement, en le faisant “mûrir”.

2- Le panaris profond

C’ est généralement la complication du panaris superficiel (repéré tardivement ou insuffisamment traité). A ce stade, l’infection s’étend aux gaines des tendons musculaires des doigts et de la main réalisant une infection des tendons fléchisseurs. Celle-ci entraîne une difficulté à fléchir le doigt infecté accompagné d’une inflammation intense. La zone touchée est davantage gonflée, la peau est tendue et blanchâtre.

Notons que le panaris évolue en trois stades:

Le stade d’inoculation:

Le panaris est provoqué par une blessure qui constitue une sorte de porte d’entrée du germe

Les bactéries pénètrent dans ou sous la peau par l’intermédiaire de la plaie. Cette blessure peut passer inaperçue car elle est la plupart du temps liée à une microcoupure, aux petites peaux arrachées autour de l’ongle, communément appelées « envies », aux ongles rongés, à une manucure et au refoulement des cuticules, aux petites zones de peau qui recouvrent l’ongle à sa base, à une piqûre, à une écharde ou à une épine. Précisons, que pendant 2 à 5 jours après la survenue de cette blessure, aucun symptôme ne se fait encore ressentir (absence de douleur, de rougeur, etc…)

Le stade phlegmasique ou catarrhal:

Des signes inflammatoires apparaissent à proximité de la zone d’inoculation, tels que des gonflements, des rougeurs ainsi qu’une sensation de chaleur et de douleur. Ces symptômes s’atténuent la nuit et il n’y a pas de ganglions. Ce stade est souvent réversible avec un traitement local.

Le stade de collection ou abcédé

La douleur devient permanente, pulsatile (le doigt « bat ») et empêche souvent de dormir. Les signes inflammatoires sont plus marqués qu’au stade précédent et il est fréquent de voir apparaître une poche jaune purulente. Un ganglion douloureux peut se faire ressentir dans l’aisselle signant une diffusion de l’infection et une fièvre modérée peut survenir. Ce stade nécessite un traitement chirurgical urgent car il expose à des complications liées à la propagation de l’infection.

Conseils, prévention et traitement

Le panaris est une pathologie qui concerne surtout les travailleurs manuels, plus à risque d’avoir des blessures aux doigts. Ces personnes présentant un panaris ne doivent plus faire la cuisine car le staphylocoque présent dans le panaris peut contaminer la nourriture et provoquer une diarrhée aiguë chez les personnes qui l’ont consommée. Les personnes qui travaillent dans le secteur alimentaire (cuisiniers, bouchers, pâtissiers, etc…) doivent donc arrêter leur activité jusqu’à guérison.

Comment le prévenir?

La prévention du panaris passe par la réduction des facteurs de risque comme:

  • Eviter de se ronger les ongles et les petites peaux autour ;
  • Eviter de refouler les cuticules ;
  • Porter des gants pour les travaux manuels;
  • Soigner les petites plaies qui constituent de potentielles portes d’entrée pour les germes. Il est important de les laver et de les désinfecter avec un antiseptique, de mettre un pansement, et d’ôter si besoin les épines et les échardes avec une pince à épiler stérilisée).

Comment le traiter?

Le traitement du panaris nécessite une consultation chez un médecin car des complications peuvent survenir en cas de traitement inapproprié.

Dans tous les cas, il faut vérifier que ses vaccins contre le tétanos sont à jour et en faire part à son médecin car une re-vaccination est nécessaire si la dernière injection date de plus de dix ans.

Au  stade phlegmasique ou catarrhal, le médecin prescrit des antibiotiques par voie orale actifs sur le staphylocoque, des soins locaux tels que des pansements à  base d’antibiotiques  ainsi que des bains de doigt dans un antiseptique. Une amélioration doit impérativement être constatée dans les 48h. Dans le cas contraire, il faut consulter de nouveau son médecin en urgence.

Astuces

  • Pour traiter un panaris léger, il faut plonger son doigt ou son orteil plusieurs fois par jour dans des bains d’eau tiède et de gros sel ou d’eau de Javel. Sinon dans des bains antiseptiques avec de l’hexomédine transcutanée ou du dakin dilué.
  • Une fois la plaie ramollie, le pus sortira. Quand la plaie paraît propre, il est recommandé d’appliquer des compresses d’alcool à 60°, de les conserver plusieurs heures et de les renouveler fréquemment jusqu’à ce que le doigt ou l’orteil reprenne son aspect normal. S’il reste douloureux et gonflé, il faut consulter sans tarder un médecin.

L’argile pour soigner les panaris

Grâce à sa concentration en minéraux, l’argile a des propriétés antiseptiques, cicatrisantes et anti-inflammatoires. Un cataplasme d’argile verte est donc tout à fait indiqué :

Versez de l’argile verte dans un saladier en verre ou en porcelaine, ajoutez de l’eau de source et mélangez avec une cuillère ou spatule en bois afin d’obtenir une pâte souple. Elle ne doit plus couler, sans être trop épaisse. Disposez cette pâte dans un petit morceau de tissu, en coton ou en lin, sur une épaisseur de 1 à 2 cm, et appliquez sur le doigt ou l’orteil.  Maintenez ce pansement, par exemple avec un sparadrap, une vingtaine de minutes, au moins jusqu’à ce que l’argile soit bien sèche. Renouvelez le cataplasme plusieurs fois dans la journée, mais n’utilisez pas la même terre : jetez l’argile utilisée, et recommencez la préparation !

L’oignon anti-inflammatoire contre les panaris

L’oignon aide à ramollir les tissus, à calmer l’inflammation, et à lutter contre l’infection et la douleur. Par conséquent, appliquez une moitié d’oignon, cuite mais encore tiède, directement sur l’abcès.

Utilisez du miel comme désinfectant

Mélangez une grosse cuillère à soupe de miel avec un peu d’infusion de thym, de manière à obtenir une sorte de pommade. Appliquez cette dernière sur une compresse que vous maintiendrez toute la nuit enroulée autour du doigt. Pensez aussi à une simple mais si efficace compresse d’argent colloïdal, à renouveler plusieurs fois par jour.

Le chou

Choisissez quelques belles feuilles bien vertes de chou, passez-les au rouleau à pâtisserie pour en extraire le suc puis enroulez directement autour du doigt. À faire continuellement jusqu’à soulagement..

La  mie de pain

Cuite dans du lait, additionné ou non de petits morceaux d’ail, fait aussi  partie des remèdes contre le panaris.

️ Retenez qu’en cas de panaris, il faut un traitement rapide car  il s’agit d’une infection à germes pyogènes (c’est à dire, provoquant du pus) d’une partie fragile du corps, susceptible d’atteindre les gaines tendineuses, les os et les articulations des mains, et de générer des séquelles graves, comme une perte de la mobilité et/ou de la sensibilité de la main.

Edith DAK

Lire le précédent

Madagascar: le premier décès de Covid-19, ne remet pas en cause l’efficacité du remède

Lire le suivant

Burkina-Faso/ Leonella OLOUKOI: “c’est quand je prends mon salaire à la fin du mois, que je réalise que c’est un travail…”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *