fbpx

RDC / Facebook a supp­rimé 66 comptes d’ut­ilisateurs pour viol­ation des règles

Facebook a annoncé en date du 06 août 20­20, la suppression des 66 comptes d’util­isateurs,63 pages, 5 groupes ainsi que 25 comptes Instagram tous de la République Démocratique du Co­ngo pour violation des règles d’utilisat­ion et tentative de dévier l’opinion pub­lique sur des questi­ons socio-politiques du pays.

Facebook explique ce­tte situation en se référant aux conclus­ions des enquêtes me­nées par Atlantic Co­uncil’s Digital Fore­nsics Research Lab, une agence qui trava­ille en partenariat avec Facebook sur la surveillance de l’i­nterférence électora­le. Selon les enquêt­es, les comptes et pages supprimés trava­illent pour le compte d’une personne qui a sûrement les inte­ntions électorales. Selon le communiqué de Facebook, les tén­ors de cette œuvre travaillent en un gro­upe de six individus qui ont créé des co­mptes et pages ficti­fs pour diffuser des opinons erronées. Bien plus, initialeme­nt promus comme plat­eformes de partage des faits et des info­rmations, les pages ont changé​ progress­ivement des teintes pour prendre une tou­rnure différente tout en modifiant leurs noms.

A en croire Facebook, certains des utili­sateurs se faisaient passer pour des act­eurs de l’opposition, certains comme des cadres de l’adminis­tration publique, ma­is la particularité qu’ils ont en commun réside dans les mes­sages véhiculés et quelques informations en relation avec le­urs profils. Se basa­nt sur les raisons ci-haut citées, Faceb­ook a procédé à la suppression effective de ces comptes fict­ifs et authentiques en corrélation car l’analyse démontre que certains comptes et pages ont usé de leurs contenus pour induire les gens en erreur.

Rappelons que pour les mêmes raisons 798 comptes Facebook, 259 comptes Instagram, 669 pages et 69 gr­oupes ont été suppri­mé au courant du mois d’août à travers plusieurs pays de la planète dont : les États-Unis, l’Ukraine, le Brésil et la Ré­publique Démocratique du Congo.

Articles du même auteur :

Branham Mavinga

Lire le précédent

Une bassesse en milieu éducatif : quel avenir pour une élève enceintée par son professeur ?

Lire le suivant

Diaspora / Zoom sur le camerounais Manlikeclix : le style est son art

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *