fbpx

Poivre vert, noir, blanc ou rouge, quelle différence ?

Obtenu à partir des baies de différentes espèces de poivriers, des plantes de la famille des pipéracées, le poivre ou Piper Nigrum est tout d’abord un stimulant digestif, favorisant la salivation comme la production de sucs gastriques. Cette épice contient de la pipérine, qui stimule la production d’endorphines et lutte ainsi contre la dépression comme des mélanocytes pour soigner le vitiligo. Fébrifuge, anti-inflammatoire et antibactérien, le poivre peut encore être utilisé en cas de fièvre, de douleurs dentaires ou rhumatismales et de contusions. Cependant il existe divers sortes de poivre👇…..

Vert, noir, blanc ou rouge…Il s’agit du même fruit. Le poivre vert est un fruit cueilli avant maturité. Il est subtilement épicé, délicatement piquant et d’une grande fraîcheur.

Les grains se colorent de jaune en mûrissant, et sont cueillis généralement à ce stade de maturité. En séchant au soleil, ils se fripent et brunissent, pour devenir poivre noir. À maturité complète, les fruits se parent d’une chatoyante couleur rouge, que l’on trempe dans des bassins d’eau de pluie. Ensuite ils sont débarrassés de leur enveloppe et après un long séchage au soleil le poivre blanc est obtenu.

Les bienfaits du poivre

Le poivre n’est pas un médicament mais certaines substances qu’il contient ont un effet positif sur un certain nombre de troubles ou maladies. N’oubliez toutefois pas de consulter un médecin si vos symptômes persistent.

Contre les Troubles digestifs

Le poivre stimule la sécrétion de sucs gastriques, ce qui participe à améliorer la digestion et stimule l’appétit. Il est recommandé de consommer du poivre en cas de nausées, ballonnements, flatulence ou constipation. Les sucs gastriques en plus grande quantité aident à diminuer ces différents symptômes.

La pipérine du poivre aide à produire plus de salive avec un effet anti-acide sur la cavité buccale .

Effet antidépresseur

La pipérine stimule la production d’endorphines, on note un effet anti-dépresseur car les endorphines procurent une sensation de bien-être. Il est recommandé en naturopathie pour lutter contre la dépression, l’anxiété, l’insomnie et la peur.

Contre la fièvre

L’huile essentielle de poivre dans un bain stimule la transpiration et participe à faire baisser la fièvre. Cet effet « fébrifuge » (qui a la propriété de combattre la fièvre) est aussi utilisé dans certains médicaments contenant du poivre et recommandés pour soigner les accès fébriles ou l’hyperthermie (augmentation de la chaleur du corps sous l’effet de la fièvre ou à cause de l’environnement).

Anti-inflammatoire et anti-douleur

Le poivre est utilisé contre l’arthrite; Il réduit la douleur et les gonflements lors de contusions.

Le poivre contient de nombreux minéraux notamment le  potassium, calcium, magnésium, phosphore, fer, manganèse, zinc, cuivre, sélénium et iode)  et des vitamines (E, A, B1, B2, B3, B6, b9).

Hypertension

Dans le cadre d’un régime alimentaire pour lutter contre l’hypertension, il est conseillé de remplacer le sel par le poivre et bien d’autres épices pour donner du goût aux plats et diminuer la tension artérielle causée par le sel. Le principe est un peu identique à l’utilisation du poivre dans le cadre d’un régime amaigrissant.

Poivre et musculation

Le poivre noir entraine une élévation de la température corporelle, ce qui brûle des calories selon les adeptes de musculation. Il y a toutefois un problème, car pour consommer du poivre il faut commencer par ajouter des calories. L’effet est sans doute difficilement vérifiable, ce qui n’empêche pas de consommer du poivre pour toutes les bonnes raisons indiquées plus haut.

Le poivre fait-il maigrir ou grossir ?

Le poivre aide à la digestion et n’apporte pas de calorie car il est consommé en trop petite quantité. Il ne fait pas grossir, mais il ne fait pas maigrir non plus.

Dans le cadre d’un régime pauvre en gras ou en sucres, le poivre sert à améliorer le goût parfois fade des recettes. Cela permet de ne pas se décourager trop vite, cela vaut d’ailleurs pour toutes les épices qui évitent de manger trop fade. Le poivre est donc une aide précieuse pour tenir le cap.

Le poivre peut aussi servir à diminuer le sel dans les recettes sans sacrifier le goût des plats, dans le cas des régimes sans sel par exemple.

Les désagréments du poivre

La pipérine contenue dans le poivre est irritante pour les muqueuses. C’est pour cela que respirer du poivre peut chatouiller le nez ou provoquer des éternuements.

Lorsqu’elle est absorbée, la pipérine fait un long trajet dans le corps. Il est déconseillé de consommer du poivre en cas d’ulcère à l’estomac ou d’hémorroïdes car la pipérine continue son œuvre partout où elle passe.

Comme tous les assaisonnements, le poivre irrite l’intestin et peut aggraver une gastrite existante (inflammation ou plaie de la muqueuse de l’estomac). Il est plus prudent d’arrêter de manger du poivre et d’autres épices le temps que ces problèmes soient soignés.

L’utilisation régulière de divers poivres vous convaincra de leur diversité. L’usage de ces poivres ne changera pas fondamentalement votre cuisine, mais il personnalisera davantage vos plats en y apportant une touche d’exotisme et une invitation au voyage en précisant son origine exacte.

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

Cameroun : Come-back de Maalhox aux côtés du français Black-M

Lire le suivant

Arsenal : Aubameyang bat le record de Thierry Henry

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *