fbpx

“Mon rêve, être championne du monde” : Yaye Aïta Ndiaye

Yaye-Aïta-Ndiaye-MyAfricaInfos

Yaye-Aïta-Ndiaye-MyAfricaInfos

Yaye Aïta Ndiaye est vice-championne d’Afrique de Taekwondo, mais la jeune Sénégalaise de 21 ans rêve d’atteindre les sommets quitte à consentir des sacrifices.

Championne du Sénégal en 2017 et double vice-championne d’Afrique en paire et en individuelle en 2018 Yaye Aïta Ndiaye compte sur sa passion pour ce sport et sa détermination pour arracher des médailles au niveau mondial.

Rappelons que Yaye Aïta faisait partie des trois combatants qui ont représenté le Sénégal lors de l’édition 2019 du Korean ambassador’s cup qui s’est tenu du 9 au 13 novembre à Séoul, en Corée du Sud. Un trio qui a honoré le Sénégal : Yaye Aïta Ndiaye et Matar Sy qui ont remporté une médaille en or et Adama Ndiaye une en bronze.

Yaye-Aïta-Ndiaye-MyAfricaInfos

Par ailleurs, le taekwondo est un art martial d’origine sud-coréenne, qui se pratique, en général, sans armes. Le nom taekwondo peut se traduire par « la voie du coup de pied et du coup de poing » : Tae, qui veut dire « frapper du pied » ; Kwon qui signifie « frapper du poing », et enfin do, « méthode, art de vivre, voie spirituelle ».

En clair, le taekwondo est non seulement un art martial mais aussi une manière d’entraîner son esprit et d’atteindre la maîtrise de soi par des mouvements de combat.

Yaye-Aïta-Ndiaye-MyAfricaInfos

Cet art martial est basé sur des techniques d’attaque où le pratiquant concentre son énergie sur des surfaces d’impact réduites telles que le bol du pied ou la tête des phalanges avec lesquelles il vise les points faibles de son adversaire et des techniques de blocage des attaques adverses. Les taekwondoïstes utilisent des techniques de coups de pied spectaculaires, notamment retournés et sautés, dont la fréquence d’usage est caractéristique de la discipline.

Lire aussi: Togo/ Odasse Plage un fer de lance des jeunes entrepreneurs

La salle d’entraînement des taekwondoïstes est appelée le dojang.

Taekwondo : “Mon rêve, être championne du monde”, Yaye Aïta Ndiaye

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

RDC/ La Congolaise Debora Kayembe, première rectrice noire de l’université d’Édimbourg (Royaume-Uni)

Lire le suivant

Frida Esala : «la communauté afro a un grand potentiel »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *