fbpx

La Côte d’Ivoire 1er producteur de caoutchouc en Afrique, se retrouve désormais au 4e rang mondial

Caoutchouc_MyAfricaInfos

In this photograph taken on September 3, 2019, a trainee learns how to bleed a hevea tree to harvest latex rubber in a plantation at Sikensi, some 50kms north-west of Abidjan, southern Ivory Coast. – Ivory Coast, Africa’s leading rubber producer, has embarked on an ambitious training programme for 70,000 professional rubber workers to ensure the quality of its rubber production, which is expected to reach 2 million tonnes by 2023, according to the Ivorian Minister of Agriculture. (Photo by ISSOUF SANOGO / AFP)

La filière hévéicole en Côte d’Ivoire, leader en Afrique a produit l’an dernier près d’un million de tonnes de caoutchouc naturel, soit 80 % du latex du continent et pointe désormais au 4e rang mondial, derrière les pays asiatiques notamment la Thaïlande, l’Indonésie et le Vietnam.

L’association des professionnels du caoutchouc naturel (Apromac) est l’organe en charge de la filière hévéicole en Côte d’Ivoire. Elle se charge de la transformation industrielle pour la fabrication des gants chirurgicaux et des préservatifs pour répondre à la demande nationale et régionale.

« La Côte d’Ivoire, petit pays producteur de caoutchouc naturel il y a une décennie, est en train de prendre sa place au sein des grands producteurs mondiaux », a affirmé Eugène Krémien, président de l’Association des professionnels du caoutchouc naturel (Apromac).

Caoutchouc_MyAfricaInfos

De 170.000 tonnes en 2005, la production ivoirienne d’hévéa, première en Afrique, n’a cessé de croître, passant de 602.000 tonnes en 2018 ; 783.000 en 2019 à 950.000 tonnes en 2020, pour pointer à la 4e position mondiale contre 7e auparavant, selon les chiffres de l’Apromac qui chapeaute la filière.

« Notre ambition est de faire en sorte que toute la plus-value de cette hausse de la production se fasse en Côte d’Ivoire pour mettre sur le marché international un produit de qualité », a expliqué M. Krémien.

En 2020, la production ivoirienne a été exportée vers les marchés asiatiques, car les marchés européens et américains avaient tourné le dos à la production ivoirienne compte tenu de la crise sanitaire.

« Désormais 60% à 80% de notre caoutchouc va désormais en Asie car les majors du secteur (Michelin, Continental, Goodyear et Bridgestone) ont refusé de prendre nos commandes, c’est la Chine qui nous a tout acheté », s’est confié le patron de l’Apromac.

Caoutchouc_MyAfricaInfos

Pour éviter cette dépendance de l’extérieur, l’Apromac compte travailler à la labellisation du caoutchouc ivoirien.

En Côte d’Ivoire, l’hévéa occupe une place importante au sein du secteur agricole, moteur du développement économique du pays, car il contribue largement aux recettes de l’exportation. Environ 160.000 producteurs ivoiriens détiennent 600.000 hectares de terres de culture de l’hévéa.

Ainsi, la production ivoirienne arrive derrière les mastodontes asiatiques, Thaïlande, Indonésie et Vietnam.

La Côte d’Ivoire, premier producteur de caoutchouc en Afrique, s’engage dès lors dans un ambitieux programme de formation de 70000 travailleurs professionnels du caoutchouc pour assurer la qualité de sa production de caoutchouc, qui devrait atteindre 2 millions de tonnes d’ici 2023, selon le ministre ivoirien de l’Agriculture.

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

Cameroun / Samuel Eto’o reçoit le titre de Docteur Honoris Causa à Lyon (France)

Lire le suivant

Démarrage des travaux de la ligne ferroviaire Burkina Faso-Ghana prévu pour le premier trimestre de l’année 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *