fbpx

La Centrafrique adopte  le bitcoin comme monnaie légale

La Centrafrique adopte le bitcoin comme monnaie légale

La Centrafrique adopte le bitcoin comme monnaie légale

Dorénavant, il est possible d’utiliser le Bitcoin comme une monnaie nationale et officielle en Centrafrique.

La Centrafrique a décidé d’adopter la cryptomonnaie Bitcoin en tant que monnaie nationale officielle. L’annonce a été faite hier 27 avril 2022 par la présidence centrafricaine, assurant qu’il s’agit du premier pays à le faire en Afrique.

Selon l’information relevé dans le journal Forbes, l’Assemblée nationale centrafricaine a adopté à l’unanimité un projet de loi visant à donner cours légal au Bitcoin comme moyen de paiement.

« Cette loi est une manière de sortir du franc CFA par un moyen qui vide de sa substance la monnaie commune (…), ce n’est pas une priorité pour le pays, cette démarche interroge : à qui profite le crime ? », a affirmé Martin Ziguélé, ancien Premier ministre aujourd’hui député de l’opposition.

Pour les banques centrales occidentales, ceci est une situation assez inquiétante car elle donnerait libre court à une utilisation des cryptomonnaies pour contourner les sanctions imposées à la Russie.

La légalisation de l’usage Bitcoin comme monnaie officielle en Centrafrique ferait partie d’un plan de redressement économique et de consolidation de la Paix.

Pour l’heure, les fonctionnaires du pays se sont accordés à utiliser Bitcoin et les cryptomonnaies pour booster l’économie, à travers l’usage des technologies digitales en général.

Il conviendrait de souligner que Malgré ses ressources naturelles, la Centrafrique, fragilisée par une guerre civile en 2013 est considérée comme l’un des pays les plus pauvres au monde. Aujourd’hui, la RCA est le premier pays africain à franchir le pas dans la légalisation des cryptomonnaies, et le deuxième au niveau international après la république du Salvador.

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

Avec Sheyi Adebayor, Thione Niang installe un centre de formation agricole au Togo

Lire le suivant

Humanitaire/ Une histoire d’amour s’écrit entre COSA et les enfants togolais

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.