fbpx

« J’ai préféré la communication en raison de son champ beaucoup plus ouvert »: ZOUNHIN TOBOULA Sèdami Angèle

ZOUNHIN_TOBOULA_Sèdami_Angèle_MyAfricaInfos

ZOUNHIN_TOBOULA_Sèdami_Angèle_MyAfricaInfos

Travailler dans le domaine des médias mais passer tout de même inaperçue tel est le principe qui définit la journaliste, présentatrice radio et consultante en communication ZOUNHIN TOBOULA Sèdami Angèle. Voici l’histoire de cette voix suave.

Résidant à Agbalilame dans la commune de sèmè Podji au Bénin, Angèle ZOUNHIN TOBOULA  a obtenu sa licence en communication en 2019 après son brevet de technicien supérieur en 2017 toujours dans le même domaine.

Aujourd’hui poursuivant ses études de Master en communication et relation internationale, la journaliste pense que choisir la communication c’est se donner la chance d’embrasser plusieurs domaines sur le plan professionnel.

ZOUNHIN_TOBOULA_Sèdami_Angèle_MyAfricaInfos

« J’ai préféré la communication en raison de son champ beaucoup plus ouvert »: a-t-elle affirmé.

Toutefois Angèle préfère éviter les projecteurs.  « Ne m’en voulez pas, c’est ma nature en fait” : souligna-t-elle en se justifiant.

Au delà de tout Angèle s’entoure de bons conseillers qui souhaitent qu’elle fasse preuve d’audace en se dévoilant.

« j’ai pratiquement été convaincue par une amie du domaine qui disais : tu ne vas pas rester dans l’ombre toute ta vie ! Quand vas-tu finalement montrer au monde ce que tu sais faire ? » nous a t-elle raconté.

Le parcours médiatique de Angèle débute au sein de la presse universitaire de l’université d’Abomey- Calavi, Radio Univers. Pour celle qui a toujours rêvé faire carrière dans le journalisme, les choses ne se sont pas pour autant déroulées comme elle le désirait.

ZOUNHIN_TOBOULA_Sèdami_Angèle_MyAfricaInfos

En effet, après son Bac, faute de moyens financiers, la Béninoise n’a pas pu intégrer l’école de journalisme où elle se voyait poursuivre ses études après l’obtention de son premier diplôme universitaire. Elle a alors opté pour des cours d’anglais dans l’une des facultés de l’université publique de la ville où elle résidait, contrainte par le manque de moyens financiers mais aussi et surtout par son père qui avait choisi pour elle cette faculté. Désespérée oui, mais pour elle, il était plus qu’important de respecter malgré sa passion pour le journalisme la décision de son père.

Comme un devoir d’un enfant envers son parent, Angèle fit son inscription en Anglais. Cependant, la nature faisant bien les choses, elle récompensa Angèle pour avoir honoré son père. Cette dernière prit connaissance plus tard de l’existence de Radio univers au sein de la même université. Une radio école à proximité et surtout à moindre coût. Angèle ne se fit pas prier avant de participer au casting donnant accès aux différentes formations de Radio Univers.

ZOUNHIN_TOBOULA_Sèdami_Angèle_MyAfricaInfos

Elle sauta donc sur cette belle occasion et fit les formalités pour intégrer cette radio. Dépenser ses petites économies a finalement payé pour Angèle parce-qu’elle fut retenue pour la formation à la radio. Ces années ont été dures pour elle parce qu’elle poursuivait deux lièvres à la fois. Elle se concentrait beaucoup plus sur sa formation en journalisme que sur la faculté, une situation qui lui fera redoubler sa première année d’anglais.

Ce petit jeu, finalement découvert par son père, a été pour elle une situation pénible à vivre. Avec du recul, son père revenu à de meilleurs sentiments accepta le choix de sa fille à une condition ; celle d’obtenir également son diplôme en anglais.

« je te laisse faire toutes les gymnastiques que tu veux, mais cela doit se solder par le parchemin de la licence en Anglais” : disait-il.

Angèle n’a pas pu relever ce défi lancé par son père puisqu’elle a été recrutée à mis parcours sur une station de radio et n’avait plus eu le temps nécessaire pour terminer sa formation en anglais. C’est alors qu’elle décida de faire une formation professionnelle en communication.

Aujourd’hui reconnaissante envers son créateur, Angèle fait la fierté de son père car elle est l’actuelle rédactrice en cheffe de l’organe dans lequel elle travaille depuis plus de 7 ans.

La proximité avec les auditeurs et le mythe autour de la radio la passionne vivement.

 « Un auditeur peut écouter une voix pendant plus de 10 ans sans jamais mettre un visage sur cette voix. Il s’imagine tout mais jamais le vrai. Voilà ce qui me passionne dans la radio” : confia-t-elle.

Dans ce domaine Angèle touchera à tout. Animatrice radio, présentatrice Radio/télé, reporter.

Par ailleurs, Angèle trouve le métier de journaliste assez passionnant et difficile à la fois. Ses passe-temps favoris sont le cinéma et la lecture pour rehausser son niveau en culture générale.

À long terme, Angèle envisage faire une autre expérience dans le journalisme mais hors du Bénin et compte ensuite se consacrer à son agence de communication.

Pour suivre Angèle il vous suffit de capter si vous êtes au Bénin la radio des défis océan fm, la 88.6.

Lire aussi: S’Aimer au Naturel, célébrons la peau noire !

Message d’Angèle à tous ceux qui rêvent faire carrière dans le journalisme :

ZOUNHIN_TOBOULA_Sèdami_Angèle_MyAfricaInfos

« Tous les métiers du monde sauf le journalisme. Si vous voulez un métier avec des jours de repos et un salaire important il va vouloir réfléchir par deux fois avant d’opter pour le journalisme. Parce qu’il vous prend énormément de temps et le salaire n’est pas très souvent en Afrique à la hauteur de votre charge de travail. Vous pouvez y faire votre entrée par curiosité, mais pour rester il en faudra bien plus, il vous faudra de la Passion ».

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

Togo/ CLIRAP et CDAB COMPASS signent un accord de collaboration afin de mieux servir les étudiants désireux de poursuivre leurs études à l’étranger

Lire le suivant

Pour une libération immédiate, Coach Christian Todze offre une formation gratuite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *