fbpx

Elles et les médias/ «Engagez-vous avec foi, conviction et sans tricherie»: ADIMI Bamidélé

ADIMI-Bamidélé-MyAfricaIfos

ADIMI-Bamidélé-MyAfricaIfos

Originaire du Bénin, pays d’Afrique occidentale francophone; territoire de l’ancien royaume du Dahomey, ADIMI Bamidélé Jisleine est l’une des meilleures rédactrices/présentatrices de l’Office de radiodiffusion et télévision du Bénin ( ORTB). Un parcours scolaire pas comme les autres; une finalité heureuse, c’est avec fierté que Bamidélé Jisleine l’émotive  sublime femme de média  nous raconte son histoire.

Née dans un petit village de la commune de Bassila au nord du Bénin, dans des conditions particulièrement difficiles et douloureuses pour sa mère une femme célibataire ayant été abandonnée à l’issue de sa grossesse par le père biologique de Jisleine, un  aventurier à l’époque; Bamidélé Jisleine n’etait qu’un foetus de 1 mois dans le ventre de sa mère quand  son frère aîné courait vers son deuxième anniversaire de naissance.

ADIMI_Bamidélé_MyAfricaIfos.jpg
ADIMI_Bamidélé_MyAfricaIfos.jpg

En 1985 elle a été inscrite au CI. L’année suivante elle fut coupée de l’école et avec sa mère, partirent à la recherche de son père car pour la mère de famille il n’était pas question de laisser grandir ses enfants sans le regard de leur père.

Ce fut  une année de perdue mais un père retrouvé à abomey dans le département du zou, auprès duquel cette famille s’ installa désormais comme voulu.

À 9 ans Jisleine rentra à l’école primaire publique de Guézo dans une atmosphère oú sa différence d’âge avec la plupart de ses camarades était assez remarquée. Ceci la complexait énormément mais elle était dotée d’une intelligence particulière et animée d’une forte volonté de se distinguer des autres et d’aller loin.

Ambitieuse déjà à cet âge, elle mettait toujours le paquet sur le travail et se comptait toujours  parmi les meilleurs de son école. C’est ainsi qu’elle conquit l’attention de ses enseignants et surtout l’affection particulière de ses parents; car c’etait une enfant sage qui faisait la fierté de ses géniteurs.

Une année blanche au Bénin, ce fut l’année 1989; ceci étant, Jisleine n’obtiendra  son CEP qu’en 1990. 

Des années de collège assez mouvementées au CEG1 d’Abomey, âgée de 14 ans, grande de taille, avec une fière allure dans son uniforme.

Dommage qu’elle n’était pas faite pour les mathématiques ni les sciences physiques, chose qui aurait pu lui valoir un tableau d’honneur au collège.

En 1996, ce fut un coup dur pour BADIMI Bamidélé, car celle-ci échoua  à son examen de BEPC. Elle reprendra cette classe la tête haute et obtint grâce à son courage son BEPC en 1997.

Au lycée, elle choisira la littérature un domaine dans lequel elle se sentait très à l’aise.

Elle ratera son BAC en l’an 2000; une douleur pas des moindres pour Jisleine.

ADIMI_Bamidélé_MyAfricaIfos
ADIMI_Bamidélé_MyAfricaIfos

Des années de calvaire pour cette dernière au sein de sa famille, l’école était son refuge; les livres, le sport, la danse, la musique et le théâtre, ses instants d’évasion.

Afin de prouver à sa famille qu’elle était née pour réussir dans l’endurance, elle repassera son Baccalauréat et dans une seconde optique  de quitter le cocon familial et s’éloigner définitivement de toutes les peines, des chagrins et des pleurs de sa mère qui souffrait dans son foyer.

Ayant plein de projets pour l’après BAC, Jisleine n’avait qu’une seule idée : prendre son envol et devenir indépendante.

Elle se rendra donc à Cotonou chez une tante maternelle sous l’égide de sa mère.

Elle poursuivra ainsi ses études en terminale AB au CEG II de “Ste Rita” à Sikècodji grâce au soutien de personnes bienveillantes.  Par ailleurs, afin d’assurer ses besoins personnels Jisleine devrait se trouver un boulot. Chose faite, elle arrivait à combiner l’école à son job parce qu’elle maîtrisait déjà beaucoup de notions et pouvait facilement vaquer à ses occupations liées à la confection et vente des sacs bon marché.

C’est alors qu’elle réussit au Baccalauréat en 2001! Par faute de moyens financiers qui auraient pu lui permettre de s’inscrire dans une école de formation professionnelle  afin de vivre une de ses grandes passions: “la communication” un choix parmi d’autres; elle s’inscrivit en sciences juridiques au campus d’abomey-calavi en espérant tout de même une main tendue, un regard miséricordieux pour lui offrir la chance d’entrer dans cette école dont elle rêvait tant.

Tout bascula en sa faveur un après-midi, oú elle fut selectionnée pour une bourse d’étude de licence  en journalisme et communication offerte par l’écolepigierde cotonou à la femme sportive de l’année qu’elle était.

Ce fut pour elle le plus bel atterissage dans le monde des médias!

De la presse écrite à la télévision en passant par la radio, Jisleine avoisine déja une vingtaine d’années  dans le monde médiatique. Officiellement sous contrat à l’ORTB depuis 11 ans, sa hiérarchie a trouvé en elle les aptitudes et les qualités professionnelles recommandées pour assurer les différentes éditions du journal télévisé et animer des entretiens de divers ordres.

Dix ans après sa licence, toujours à la quête du savoir, elle s’inscrit au master professionnel 2 en journalisme et obtint son diplôme , à l’ISMA (Institut supérieur des Métiers de l’Audiovisuel) à Cotonou.

Ce qui passionne Jisleine  dans ce métier c’est la grande et large ouverture qu’il donne sur le monde; ce sentiment de connaitre tout le monde et d’être connu de tous et cette possibilité de tout savoir sur le monde quelque soit le domaine.

Soulignons, que un an après son diplôme de licence, elle fut nommée attachée de presse au ministère de l’enseignement primaire.

En 2019 la journaliste  fut sollicitée pour gérer la communication du ministère de la jeunesse et des sports pour deux ans. Depuis lors, parallèlement à cette tâche, elle s’est également consacrée à  son  poste de rédactrice-présentatrice à l’ORTB, un métier qu’elle trouve beau et très passionnant.

Pour suivre, ADIMI Bamidélé Jisleine, il suffira de capter tous les jours le journal de 19h sur la télévision nationale ORTB; Bouquets canal+ 125.

À ceux qui veulent exercer ce métier, la journaliste recommande de s’y engager avec foi et conviction et de s’y donner sans tricherie aucune.

ADIMI_Bamidélé_MyAfricaIfos
ADIMI_Bamidélé_MyAfricaIfos

Comme hobbies, la danse est l’une des activités qui passionnent énormément Jisleine; et quand elle décide de se ressourcer et prendre du souffle ou de l’énergie, elle se plonge aisément dans la lecture et les voyages:  « Je trouve tout autant du plaisir dans un voyage ou une simple villégiature à la découverte des merveilles de la nature »: affirme -t- elle.

Lire aussi: Elles et les médias/ “Au bout de l’effort il y a toujours le réconfort”: Ingrid Maliago

Comme objectifs à long terme, Bamidélé compte créer un grand centre de communication et de business; construire un foyer d’accueil, d’écoute et de partage pour les personnes démunies et les enfants en situations difficiles!

Une bonne suite de carrière à cette brave journaliste !

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

Mami renouvelle la cuisine africaine avec les épis ‘’Dagatigui’’

Lire le suivant

Le foulard, un accessoire incontournable dans l’expression de la beauté féminine en Afrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *