fbpx

Elles et les médias/ “Au bout de l’effort il y a toujours le réconfort”: Ingrid Maliago

Ingrid-Maliago_MyAfricaInfos

Ingrid-Maliago_MyAfricaInfos

Une femme audacieuse, dévouée au métier de la communication, c’est le profil parfait de la journaliste camerounaise Ingrid Maliago. Résidant actuellement  à Yaoundé, la capitale politique du Cameroun, la promotrice de la plate forme “Glam Kamit” nous raconte son parcours.

Ingrid Maliago, fit un Brevet de Technicien Supérieur en communication et obtint son diplôme en 2013 en “Web journalisme”.

Elle s’est ensuite perfectionnée durant une année et demie dans une société de Média (la chaîne de TV panafricaine Vox Africa) et voulu après cela, se spécialiser en presse féminine mais hélas, c’est un domaine qui n’existait pas au Cameroun.

Ne pouvant donc pas voyager pour l’étranger, la journaliste décida de se former en “communication négociation et Marketing” afin de compléter ses compétences. Ainsi, en 2015 elle fut licenciée avec mérite en communication négociation et marketing; chose pour laquelle elle se sent fière.

Ingrid_Maliago_MyAfricaInfos

Avoir un diplôme c’est bien mais exercer ce pour quoi elle a été formée, c’est encore mieux. Bien avant ces formations, Ingrid savait déjà qu’elle était faite pour le métier de journaliste. Tout à commencer en 2007 lorsqu’elle pensait avoir raté son diplôme national de brevet (BEPC).

Très affectée par la situation, cette dernière quitta la maison et se rendit directement à l’adresse de la radio CRTV, (organisme public camerounais de radio-télévision) afin de rencontrer des jeunes de son âge qu’elle passait son temps à écouter tous les jours pendant les vacances.

Ingrid ne manquait pas d’audace ni de bravoure ! Elle marcha à pied sur des kilomètres, prétextant qu’elle était une enfant perdue et demandant le chemin qui la mènerait à ladite radio. Faire tout ceci ne fut pas vain; Ingrid était tombée sous le charme de ces vacanciers sur les lieux, en pleine émission. Il faut comprendre que c’était le rêve d’une petite fille à l’époque en qui personne ne croyait et même pas ses proches qui étaient dans le métier.

Mais tout n’était pas perdu pour Ingrid car grâce à sa détermination fulgurante elle rencontrera des anciens du domaine notamment Christian tchapmi, le responsable au quotidien le Messager; William batchou un spécialiste en communication et marketing digital auparavant journaliste et Azize Bohou un journaliste à Cameroun tribune.

Grâce à ces derniers, Ingrid participa à RTS Vacances; une émission de vacances organisé par la radio privée SIANTOU dans le but de détecter des talents en journaliste. Elle prouva au travers de cette émission qu’elle était capable d’intégrer le domaine médiatique et sortit major  de la catégorie journalisme.

En 2009, Ingrid participa à nouveau au programme de vacances mais cette fois-ci en tant que coach.

En 2010 elle fit son dernier stage de vacances radio à la  CRTV Fm94. C’est donc  suite à sa décision d’obtenir un diplôme d’étude supérieure qu’elle découvrira le web journalisme.

Elle trouvait cette branche très nouvelle et assez intéressante; c’est ainsi qu’elle se lancera dans le Web journalisme en faisant un stage à Camerounactu.net , un média qui n’existe plus aujourd’hui.

En 2015, Ingrid créa Glam kamit, une plate forme socio culturelle de promotion, de valorisation, de réappropriation de la culture Africaine et Camerounaise et de l’entrepreneuriat des jeunes. Ce fut avant tout un projet d’étude qui lui a permis d’obtenir  son diplôme de mérite en communication marketing et négociation; Aujourd’hui glam kamit c’est son projet de vie.

Via cette plate-forme, la promotrice accompagne au quotidien les entrepreneurs dans leurs différents projets en leur offrant une visibilité sur le numérique.

Le 6 mars dernier la grande entrepreneure reçoit le prix de “Best Community Manager”au festival «Femmes Numériques»  organisé par @africanwits ( AFRICAN WOMEN IN TECH STARTUPS ), une association ayant pour mission de booster l’entreprenariat féminin et participer au développement de l’écosystème startups et Tech en Afrique avec une contribution significative des entreprises dirigées par les femmes.

Pour Ingrid, c’etait la “récompense d’un dur  labeur”; «Ce prix a eu un très grand impact dans ma vie professionnelle. Je retiens de cette expérience qu’il faut toujours travailler avec beaucoup d’amour;  être passionné et être vrai. Car au bout de l’effort il y a toujours le réconfort, faut juste jamais baisser les bras.»: déclare-t-elle.

Ce qui la passionne dans ce métier, c’est le fait de pouvoir mettre en lumière des personnes talentueuses valeureuses et faire découvrir de nouvelles choses à ses  lecteurs surtout dans le domaine culturel et entrepreneurial. Par ailleurs les belles rencontres ne manquent pas et Ingrid adore cela.

Elle occupa les postes comme: Rédactrice en chef pour le “webzine Cameroun online.com” ; Journaliste reporter et présentatrice d’émissions radio/Tv. Aujourd’hui, Ingrid Maliago  travaille à son compte et assure les fonctions de rédactrice en chef de “Glam kamit”.

Pour elle, le journalisme est une magnifique profession;«Comme on le dit, c’est le quatrième pouvoir. Certes il y a des risques en fonction des choix qu’on peut faire ,mais quel métier n’a pas de risques ? »: a-t-elle souligné.

Suivez Ingrid Maliago,  sur le webzine Glam kamit (www.glamkamit.net) à travers les différentes rubriques.

À tous ceux qui voudraient se lancer dans ce métier, voici le message de Ingrid Maliago pour vous:«Croyez en vous et en vos rêves; soyez passionnés; ayez la volonté; soyez déterminés et surtout mettez Dieu dans chacune de vos actions.»

En dehors de son métier de journaliste, la Musique , le cinéma, la lecture et  la danse sont les passe-temps favoris de Ingrid.

Sur le long terme elle souhaite que “Glam kamit” devienne une plateforme physique de promotion de formation et d’accompagnement des acteurs de la culture et des entrepreneurs. Son plus grand rêve c’est d’avoir une fondation au Cameroun pour valoriser tous ces talents dans l’ombre qui croisent tous les jours son chemin.

Meilleurs souhaits à la journaliste pour la suite de son aventure!

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

Collins Abinoro Akporode place les cuillères au sommet de son art

Lire le suivant

Debora Sylvana marque la rentrée académique avec son nouveau livre : Les épreuves d’une vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *