fbpx

Côte d’ivoire / l’application « AMBC », un outil novateur pour réduire le taux d’analphabétisme.

L’Afrique demeure résolue à lutter contre l’analphabétisme. Et la startup Byte SARL de la Côte d’ivoire apporte de l’espoir dans ce combat.  Elle a mis au point « AmBC », un mécanisme numérique pour apprendre à lire, écrire et compter aux analphabètes.

Parmi les nombreuses initiatives techniques mises en œuvre par BYTE informatique, figure AmBC. Créée et développée par les informaticiens de cette entreprise, AmBC est une méthode d’alphabétisation basée sur le numérique. « Nous avons compris que le smartphone était un niveau de maturité qui nous permettait d’y intégrer une formation », a affirmé l’un des associés de cette structure, Jean-Philippe Kaboré au cours d’une conférence de presse. « AmBC est une solution de réduction du taux d’analphabétisme », a t’il ajouté.

Le Kit de l’AmBC se compose d’un smartphone et d’un cahier magique qui résiste aux intempéries. Aussi, cet outil revêt une importance considérable en tant que matériel didactique. Il favorise la réduction du taux d’analphabétisme en côte d’ivoire et cela reste également avéré sur le plan international.

En effet, avec AmBC, cette startup a décroché le 1er prix mondial du Prix Joseph Umdasch pour la recherche numérique impactant. Et l’histoire retiendra qu’en 2019, Jean Philippe Kaboré (co-fondateur) et son équipe ont reçu le prix spécial du World Summit Awards

Selon le représentant du Fonds de développement de la formation professionnelle, Joël N’Guessan, ce projet fera baisser le taux d’analphabètes en Côte d’Ivoire. Pour cela il affirme : « Nous avons estimé que c’était nécessaire que nous appuyions ce projet d’alphabétisation de la population, c’est un plus pour eux et cela jouera un rôle social important».

« On ne peut pas aller à l’émergence en laissant des gens dans le noir. C’est un enjeu capital », a-t-il insisté en exhortant les initiateurs à réduire à moins de 10 %, le taux d’analphabétisme.

En mettant au point AmBC, cette startup ivoirienne manifeste clairement une forte ambition de freiner l’analphabétisme. Et ce combat, elle s’engage à le remporter en misant ainsi sur le numérique.

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

TOGO/COLA COLA JAZZ de KANGNI ALEM

Lire le suivant

Togo/Athlétisme : Fabrice DABLA, le sprinteur togolais sur les traces des légendes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.