fbpx

Segub: près de 25 milliards FCFA détournés entre 2012 et 2016

A la suite d’un audit commandé par le gouvernement, plusieurs malversations ont été détectées dans le fonctionnement de la Segub. Quatre personnes ont été placées sous mandat de dépôt et incarcérées, tandis que les employés et dirigeants de la société sont sous contrôle judiciaire.

 

Placées en garde à vue depuis mardi, les 22 personnes impliquées dans l’affaire liée à la gestion de la Société d’exploitation et de gestion unique du Bénin (Segub) ont été entendues ce jeudi. Alors que 4 individus ont été placés sous mandat de dépôt et emprisonnés, le reste du groupe composé des dirigeants et des employés, a été libéré non sans condition.

En effet, les responsables de la Segub dont deux Français ont été libérés sous caution, tout en étant placés sous contrôle judiciaire. En ce qui concerne la caution qui devrait être versée dans un délai de deux mois, elle est de 50 millions de francs CFA pour les dirigeants et varie de 2 à 15 millions pour les employés, indique Jeune Afrique.

Placées sous contrôle judiciaire, ces personnes ne sont donc pas autorisées à de se déplacer au-delà des limites des villes suivantes: Cotonou, Calavi et Porto Novo. De plus, leurs passeports ont été confisqués au greffe du tribunal.

Pour rappel, la Segub est une société mise en place sous le régime Yayi pour encaisser les frais d’enlèvement des véhicules d’occasion en transit au Port de Cotonou ainsi qu’aux frontières terrestres du Bénin. Cependant, la gestion peu orthodoxe de cette société a été mise à jour grâce à un audit commandé par le gouvernement Talon.

Les conclusions de l’audit révèlent le “paiement irrégulier au profit de divers opérateurs par surévaluation de leurs prestations”; soit près de 25 milliards de francs CFA sur la période de mars 2012 à avril 2016. D’autres manquements graves ont été signalés comme l’absence “d’un compte bancaire dédié aux recettes de la filière des véhicules d’occasion en transit”.

Articles du même auteur :

Nouroudine Akinocho

Lire le précédent

Une nigériane invente une application capable de détecter le paludisme

Lire le suivant

“Marche de la colère” contre la mort d’un journaliste assassiné chez lui

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *