fbpx

Que Savez-vous de la sécheresse vaginale?

On parle de sécheresse vaginale lorsque le vagin n’est pas correctement hydraté. La sécheresse vaginale est un phénomène assez fréquent, qui concernerait  plus d’une femme sur six. Plus courante durant la ménopause, elle augmente la vulnérabilité aux infections gynécologiques et peut perturber l’harmonie sexuelle d’un couple. Quelles mesures adopter en cas de sécheresse vaginale ?

Parfois passagère, la sécheresse vaginale peut toucher toutes les femmes à différents moments de leur vie mais principalement celles qui sont ménopausées, les jeunes mamans ou les femmes enceintes.

Les muqueuses du vagin ainsi que le col de l’utérus sécrètent certaines substances servant de lubrifiant naturel. Cette substance permet de faciliter la pénétration lors des rapports sexuels, mais aussi de préparer l’utérus et le vagin à la procréation. Cependant, il arrive dans certains cas que cette substance ne soit pas ou peu produite; on parle alors de sécheresse vaginale.

Chez les femmes, la lubrification est normalement assurée par les œstrogènes. Une sécheresse vaginale est donc due à une baisse de la production d’œstrogène, entrainant un manque de lubrification du vagin;  ainsi en fonction des femmes, la lubrification du vagin est plus ou moins importante.

👉Pourquoi le vagin n’est pas lubrifié?

La sécheresse vaginale est un problème bien connu des femmes!

Plusieurs causes peuvent expliquer qu’un vagin souffre de sécheresse. Il est important d’identifier la raison avant de mettre en place un traitement adapté.

Malgré ses origines apparaissant moins évidentes, nous pouvons citer les causes hormonales: la ménopause, les modifications hormonales et enfin la grossesse.

La sécheresse vaginale peut s’expliquer par une baisse du taux d’œstrogène. Ces derniers sont chargés de maintenir l’humidité nécessaire du vagin.

Outre le bouleversement hormonal, la sécheresse vaginale peut également être provoquée par plusieurs raisons : les facteurs psychologiques, la prise d’alcool, de tabac ou de drogues, certains traitements médicaux, les  moyens contraceptifs ou des infections génitales, le stress, une fatigue extrême et même les rapports sexuels répétés sans préliminaires peuvent aussi être à l’origine d’une sécheresse vaginale.

Ce phénomène courant peut également être lié à une perturbation de la flore vaginale, le port de vêtements trop serrés, des soins intimes trop agressifs ou une irritation de la muqueuse vaginale.

En plus de ces différentes causes, il faut toujours éliminer un problème de couple, la période des préliminaires étant essentiels.

👉Ménopause et sécheresse vaginale!

La ménopause cause souvent une sécheresse vaginale car cela est lié à l’atrophie de la muqueuse vaginale qui devient moins humide, moins épaisse, plus rigide avec souvent des sensations de déchirement, avec des sensations douloureuses exacerbées par le fait que la paroi vaginale antérieure adhère davantage à la paroi postérieure de la vessie.

Chez certaines femmes, cette sécheresse vaginale peut altérer la libido.

Si près de 80% des femmes ménopausées en parlent aisément avec leur médecin, elles apparaissent plus réticentes à en discuter avec leur conjoint.

Pourtant, parler de la sécheresse vaginale peut aussi être une façon de reconnaître que le désir n’est pas mort, que la sexualité existe et qu’une aide peut être nécessaire pour ressentir de nouveau le plaisir.

La ménopause ne marque pas la fin de la sexualité. Cette étape n’entraîne pas forcément une perte du désir.

Certaines femmes peuvent apparaître plus libérées, du souci de grossesse mais également de leur rôle de mère, les enfants ayant quitté le domicile conjugal. Disposant de plus de temps pour le couple, certaines connaîtront ainsi un regain d’envie sexuelle.

Alors ne laissez plus votre désir prendre l’eau à cause de la sécheresse vaginale!

👉Symptômes!

La sécheresse vaginale se manifeste par un manque d’hydratation du vagin. Elle se caractérise par:

  • Une sensation d’irritation ou une inflammation  au niveau du vagin ;
  • Une douleur pendant les rapports sexuels ;
  • Des démangeaisons au niveau du vagin ;
  • Une sensation de brûlure au niveau du vagin.
  • Une diminution de la libido.

👉Mesures  préventives!

Au quotidien, certains gestes peuvent aider à prévenir la sécheresse vaginale :

  • Ne pas fumer car le tabac diminue la lubrification vaginale ;
  • Ne pas porter de vêtements trop serrés ;
  • Porter des sous-vêtements en matières douces;
  • Avoir une bonne hygiène locale mais pas trop fréquente et éviter d’utiliser des produits trop agressifs.
  • Utiliser des produits au pH neutre ;
  • Prendre soin de lire les effets indésirables de vos produits avant leur prise.

👉Quelques solutions pour lutter contre la sécheresse vaginale!

Traitement à l’huile de coco:

Intéressante pour ses vertus anti bactériennes, hydratantes et antifongiques notamment en cas de mycoses, il est conseillé d’utiliser l’huile de coco en application locale jusqu’à amélioration. Si les sécheresses sont liées à la pré-ménopause ou la ménopause, l’huile de coco peut être utilisée en soin quotidien.

Lire aussi: Essoufflement/ causes, conséquences et solutions

  • L’aloe vera:

L’aloe vera est un anti-inflammatoire et un hydratant naturel qui se retrouve en pharmacies dans de nombreuses préparations destinées à la sécheresse vaginale. Il faut veiller à choisir un gel 100% bio et, de préférence, sans excipients.

  • Une alimentation riche en acides gras

La sécheresse vaginale peut provenir d’un déséquilibre des acides gras (oméga 3 et oméga 6), l’alimentation joue donc un rôle important pour favoriser un bon équilibre de la muqueuse vaginale. L’huile d’olive, l’huile de lin, l’huile de noix contribuent à un bon équilibre des bons acides gras.

Les poissons gras, tels que le saumon, le maquereau, la sardine, le hareng, etc…, contiennent également des acides gras de type oméga-6 et oméga-3 qui favorisent l’hydratation au niveau des muqueuses, y compris la muqueuse vaginale. Il est donc intéressant de les mettre au menu plus souvent en cas de sécheresse.

  • L’huile de bourrache

L’huile de bourrache favorise l’hydratation cutanée. Il est possible de la consommer sous forme de gélules par voie orale ou en application locale (intra-vaginale) pendant une dizaine de jours, à condition que cette dernière soit 100% naturelle et bio de préférence.

  • L’huile essentielle de sauge

Riche en phyto-oestrogènes, elle rétablit l’équilibre des hormones sexuelles féminines.

Mélangez une goutte d ‘huile essentielle de sauge dans 10 gouttes d’huile végétale et appliquez matin et soir au niveau du bas-ventre.  Cette huile est déconseillée aux femmes souffrant d’un cancer hormono-dépendant.

Un lubrifiant vaginal peut aussi être utilisé lors des rapports sexuels afin de faciliter la pénétration.

Il est indispensable de conserver une vie sexuelle épanouie. En effet, des rapports réguliers maintiennent l’hydratation intime. Le lubrifiant permet d’éviter les douleurs et d’améliorer le confort pendant les relations sexuelles.

Pour lutter contre la sécheresse vaginale, il est aussi recommandé de ne pas négliger les préliminaires lors des rapports sexuels. Cette période favorise la lubrification naturelle. Il est largement recommandé de continuer à avoir une activité sexuelle régulière.

N’hésitez surtout pas  à parler de ce problème à votre partenaire, à votre  médecin traitant ou  gynécologue.

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

RDC / 3 joueurs camerounais en route pour SM Sanga Balende

Lire le suivant

RDC/ Diego Garzitto s’engage avec St-Eloi Lupopo

2 Comments

  • Merci pour cet article très interessant ! A noter que La lubrification vaginale est un phénomène automatique, qui commence dans les 10 à 30 secondes après le début de l’excitation sexuelle. Le lubrifiant physiologique est un liquide transparent, de la consistance du blanc d’oeuf, produit non pas par des glandes, mais par un processus de transsudat vaginal par le biais d’une exfiltration de plasma au travers des parois grâce à l’engorgement vasculaire. https://sexoblogue.fr/la-lubrification-vaginale-en-questions

    • Merci Dr Arnaud ZELER pour votre apport ! Merci également de nous avoir lu, c’est un honneur. Très bonne semaine à vous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *