fbpx

Juliano annonce un nouveau single en feat avec Fanny Senam

Juliano-Fanny-Senam-myafricainfos

Juliano-Fanny-Senam-myafricainfos

La révélation de l’année Juliano continue son ascension vers le sommet de la musique togolaise. Le jeune chanteur se lance sur la scène internationale en annonçant un nouveau duo avec l’artiste béninoise Fanny Senam.

Après le succès plausible qu’a rencontré sa chanson hustler digne d’être qualifiée de tube de l’année, Juliano fait un saut au Benin pays voisin pour un duo palpitant avec la célèbre chanteuse fanny Senam. Fanny Senam n’est pas à sa première expérience en duo avec un togolais. Elle avait déjà travaillé avec Omar B, (le roi du RMB togolais récemment décédé) avec le célèbre tube : I love you paru en 2013.

La collaboration entre des artistes togolais et béninois n’est pas à ces prémices. On se souvient encore de la chanson qui a fait danser toute l’Afrique de l’ouest, ce feat entre la chanteuse Sessimé du Bénin et la merveilleuse Almok du Togo avec leur titre yayayé sorti en 2015. Plus récemment un duo palpitant togolo-beninois qui a réuni l’irrésistible charmeur Santrinos Raphael du Togo à la ravissante béninoise Zeynab avec le titre Waa sorti il y’a quelque mois à peine. Le succès de tous ces duo togolo-beninois nous pousse à croire que cette nouvelle alliance qui réunit Juliano et fanny Senam avec le titre No limit fera surement un carton. No limit surement une histoire d’amour sème déjà un grand suspense dans le cœur des fans.

Lire aussi: Togo/ Qui est Angela Aquereburu ?

Le succès que rencontre le jeune talentueux Juliano a déjà retenu l’attention de plusieurs entreprises comme TEKNO ET la lunetterie Divine Optique qui ont fait de lui un ambassadeur.

Le Togo et le Benin ne sont pas simplement unis par la frontière. De l’esclavage à la colonisation, ces deux peuples ont presque la même histoire qui les unies. On assiste donc à un brassage culturel et traditionnel que la jeunesse manifeste à travers la musique. La jeunesse semble avoir trouver le meilleur moyen de conserver et de promouvoir cette culture bien au-delà des frontières africaines.

Articles du même auteur :

Charles Mossi

Lire le précédent

Focus sur la mycose vaginale

Lire le suivant

Bénin/ Formations professionnelles en patrimoine et culture : l’employabilité totalement garantie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *