fbpx

Ghana/ Une bibliothèque pour immortaliser, valoriser et promouvoir la littérature africaine

S’il est vrai que la lecture est conversation avec les plus honnêtes gens des siècles passés ; alors Sylvia Arthur peut se vanter d’avoir trouver la meilleure façon de promouvoir la littérature africaine. La bibliothèque ouverte par cette anglo-ghanéenne est un moyen de préserver et de perpétuer les richesses africaines.   

Faire découvrir à la jeunesse africaine ainsi qu’au monde entier le vrai visage de la littérature africaine est devenu le combat acharné de Sylvia Arthur. Passionnée de la lecture depuis sa tendre enfance, Sylvia Arthur décide de quitter l’Europe et revient au Ghana en 2017 avec une seule idée en tête : défendre la littérature africaine.

Pour y arriver, cette jeune dame avait débuté avec quelques centaines de livres, tous de célèbres auteurs africains, qu’elle a installé sur des étagères réunies dans une seule pièce. La littérature africaine loin de se résumer qu’en quelques petites étagères collées aux quatre coins des murs une seule pièce, pousse Sylvia Arthur à élargir sa vision. Pour être encore plus accessible à la jeunesse africaine, Sylvia a récemment rénové et agrandi sa bibliothèque. Elle installe désormais sa nouvelle bibliothèque dans une belle maison d’un petit quartier calme d’Accra (la capitale ghanéenne). Cette nouvelle bibliothèque regroupe les plus grandes œuvres des meilleurs écrivains depuis le temps contemporain jusqu’au moderne.

La ‘’ Library of Africa and African Diaspora ‘’(Loatad) est un fabuleux espace muni de près de 4000 merveilleux ouvrages qui révèlent l’histoire de tout un continent, d’un peuple glorieux, et d’une honorable littérature :la littérature africaine. Que ce soit en position assise sur une des nombreuses chaises en bois ou allonger dans ses confortables canapés, au sein de la belle maison des livres, les amoureux de la lecture prennent un réel plaisir en savourant en extase les pages d’un merveilleux roman.

Voyager à travers toute l’Afrique, aller à la découverte des mystérieuses confidences enfouies au fin fond de ses terres riches, parcourir forets, déserts, mers et rivières d’un paradis terrestre considéré comme étant le berceau de l’humanité est un rêve devenu aujourd’hui réalité . La ‘’Library of Africa and African Diaspora’’ offre la possibilité à chaque lecteur une inscription annuelle de 600 cedis pour l’emprunt de ces livres qui constituent un grand patrimoine culturel et une source de richesse pour les générations futures.

Articles du même auteur :

Charles Mossi

Lire le précédent

Côte d’Ivoire/ “Rose Miller à l’école royale”

Lire le suivant

Bakalilou Yabi et Seynabou Thiam ou l’art du recrutement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *