fbpx

Djaili Amadou Amal triomphe au Goncourt des lycéens avec son roman ‘’Les impatientes’’

Djaili_amadou-myafricainfos

Djaili_amadou-myafricainfos

‘’Les impatientes’’ est l’œuvre qui a conquis le cœur des 2000 membres du jury et a décroché le prix du Goncourt des lycéens ce mercredi 02 décembre 2020.

La fidélité et la détermination de Djaili Amadou Amal pour la cause féminine a encore une fois été récompensée. En effet le 33em prix du Goncourt des lycéens pour le compte de l’année 2020 a été décerné à Djaili Amadou Amal pour son œuvre magistrale : les impatientes. C’est à travers une visioconférence, que les deux milles élevés français représentants 56 écoles au total ont rendu leur dernier verdict. Après lecture des 15 romans présélectionnés depuis le mois de septembre, le tapis rouge a été déroulé à l’œuvre ‘’ les impatientes’’, un roman écrit par la célèbre camerounaise Djaili Amadou Amal.

Publié aux éditions Emmanuelle Collas, les impatientes est livre qui raconte l’histoire de 3 femmes Ramla, hindou et Safira qui partagent un même destin. Entre les violences conjugales polygamie et le mariage précoce ces femmes sont condamnées à supporter toute sorte d’humiliation et d’oppression en silence. ’’Les impatientes’’ parait comme cet ouvrage qui révèle les réalités issues des mariages dans le Sahel. Un livre qui met l’accent sur les conditions de vie difficiles de la femme sahélienne, accablée par la pression sociale et les aliénations religieuses. Le viol conjugal et les tabous sociaux occupent également une place très importante dans ce roman. Le 33em prix Goncourt des lycéens attribué à Djaili Amadou Amal ce mercredi 02 décembre 2020 est un coup de pouce magistrale qui vient propulser la carrière de cette écrivaine vers un sommet prodigieux.

Djaili-Amadou-Amal-myafricainfos
Djaili-Amadou-Amal-myafricainfos

Il faut toutefois rappeler que Djaili Amadou Amal est une écrivaine camerounaise née en 1975 à Maroua. Engagée dans la cause féministe après avoir été victime d’un mariage forcé, elle arrachera sa liberté au péril de la vie après 5 années d’oppressions. Toujours attachée à l’écriture, Son premier roman Walaande, l’art de partager un mari parait comme une autobiographie qui a connu un très grand succès. Mistiriijo, la mangeuse d’Ames et Munyal, les larmes de la patience sont également des œuvres de Djaili Amadou Amal qui dénonce les violences faites à l’égard des femmes et par la même occasion un cri d’alerte aux autorités et à la population. Aujourd’hui heureuse dans son 3em mariage avec un écrivain camerounais du nom de Hamadou Baba, Djaili Amadou Amal n’est pas prête à abandonner sa plume. L’auteure camerounaise surnommée la voix des sans voix continuera de faire couler l’encre pour dénoncer les violences faites aux femmes.

Articles du même auteur :

Charles Mossi

Lire le précédent

Cameroun/ le cardiopad ou la tablette au secours de la cardiologie

Lire le suivant

Digital to Develop (DtD): le tout nouveau réseau social pensé, développé et mis en fonction par des béninois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *