fbpx

Covid-19: L’Afrique prend de l’avance dans le traitement

Le Burkina-Faso coordonne avec le Bénin des essais cliniques sur un antirétroviral mis au point depuis quelques années par le Professeur Valentin Agon. L’Apivirine a déjà fait ses preuves sur des dizaines de patients au Burkina-Faso, ce qui donne de bonnes raisons au Burkina-Faso et au Bénin pour coordonner des essais cliniques conjointement dans les deux pays.

Apivirine

Même si la nouvelle a été accueillie avec beaucoup de réserve sur le continent, elle est pourtant porteuse d’un grand espoir dans la lutte contre la maladie à Coronavirus 2019. Il faut dorénavant compter avec la Recherche Africaine et surtout l’Apivirine du chercheur Béninois Valentin Agon: “Lorsqu’il y a eu des premiers cas [de Covid-19], il y a des gens qui ont eu recours à l’Apivirine qui est venu du Bénin et on a constaté effectivement une amélioration de leur état de santé” a annoncé avec beaucoup de modestie le ministre Alkassoum MAÏGA, de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation du Burkina-Faso.

“Le 12 mars, ils ont mis le malade [premier patient, un Français installé au Burkina Faso] sous Apivirine avec 3 gélules X 3/jour. Le lendemain, ce malade qui ne pouvait pas prendre son verre sur la table, qui était très fatigué, a pu se lever de son lit, fait son petit déjeuner… il a même fait du vélo” relate Prof. Valentin Agon qui de renchérir que le patient qui était positif, a manifesté un résultat négatif après le traitement. 11 personnes dans la famille du même patient ont répondu favorablement au traitement de l’Apivirine. Beaucoup de personnes touchées ont sollicité le médicament du Prof Valentin avec des témoignages toujours positifs.

Un essai clinique avant usage à grande échelle

Dr Valentin Agon du Bénin

Le ministre MAÏGA a lancé en conférence de presse à Ouagadougou au Burkina-Faso, les essais cliniques sur l’Apivirine au traitement du COVID-19 conjointement avec le Bénin, pays d’origine de l’inventeur. Ce qui favorisera une échelle plus étendue de l’échantillon pour une meilleure crédibilité des résultats. C’est le Dr Sylvain Ouédraogo qui coordonnera les équipes pour les essais sous ce phytomédicament. L’autorité Burkinabé a également précisé que ce travail scientifique se fera sous la supervision d’un comité d’éthique afin de s’assurer que toutes les procédures respectent des valeurs morales et standards internationaux.

Renforcer la concentration moléculaire de l’Apivirine contre le COVID-19

L’Apivirine a été mise au point depuis 20 ans déjà et dispose de 6 brevets internationaux dont le brevet pour 27 pays de l’Union Européenne, brevet OAPI (Organisation Africaine de la Propriété Industrielle), brevet canadien…. L’Apivirine selon le Prof. Valentin Agon a été utilisé contre le VIH-SIDA et fait déjà ses preuves contre le COVID-19. Sa concentration moléculaire a été renforcée pour ne laisser aucune chance de résistance au COVID-19. On l’appellera désormais l’Apicovid-19

Un autre Docteur au Bénin, Dr Jérôme Fagla Medegan  a annoncé avoir une combinaison de plantes médicinales qui ne laisse aucune chance au COVID-19.

Eh bien, qu’attendons-nous pour sortir du confinement?

Alo Lemou

Lire le précédent

Bénin/Esmer Academy ou l’incubateur en énergies renouvelables

Lire le suivant

Afrique/ Programme de formation de leadership Mandela Rhodes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Abonnez-vous à la newsletter

Chaque jour, l'essentiel de l'actualité dans votre boîte mail.

MERCI POUR VOTRE ABONNEMENT