fbpx

Cotonou veut restructurer la médecine traditionnelle

La médecine traditionnelle est de plus en plus sollicitée au Bénin. Pour régulariser le secteur, il sera créé un laboratoire de recherche d’innovation concernant les médicaments à base de plantes.

En Afrique notamment dans la région ouest-africaine, de plus en plus de personnes se tournent vers la médecine traditionnelle que ce soit pour traiter de simples maux ou les maladies chroniques. D’après les chiffres de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), l’accessibilité et le coût assez abordable de la médecine traditionnelle amène près du 2/3 de la population à se tourner vers la pharmacopée.

Dans certains pays comme le Ghana, le secteur de la médecine traditionnelle béninoises est mieux structuré. Le Bénin est prêt à emprunter le pas du Ghana par la mise en place d’un laboratoire de recherche d’innovation pour les médicaments à base de plantes.

L’annonce a été faite par Pascal Koupaki secrétaire général de la présidence, à l’issue du Conseil des ministres tenu vendredi dernier. “Le Bénin dispose de peu d’information sur l’efficacité, l’innocuité et la qualité des remèdes à bases de plantes. Il importe donc d’accompagner scientifiquement les acteurs de la médecine traditionnelle et de faire de la pharmacopée béninoise un facteur de croissance économique et de bien-être”; a indiqué Pascal Koupaki.

Selon les informations, un comité a été mis en place et devra élaborer le document d’installation de ce laboratoire. Celui-ci devra également servir de plateforme pour la restructuration en profondeur du secteur de la médecine traditionnelle.

Articles du même auteur :

Nouroudine Akinocho

Lire le précédent

Liberté de presse: que reproche-t-on à “Échos du Nord”?

Lire le suivant

UA et Sahara Occidental: le roi marocain courtise Dakar

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *