fbpx

Après l’UA le Maroc veut entrer dans la CEDEAO

Le monde entier a vu avec quelle diplomatie le Maroc est arrivée à se faire réintégrer dans l’Union Africaine lors du 28e Sommet de cette organisation, les 30 et 31 janvier dernier à Addis-Abeba. Aujourd’hui, le défi est tout autre : intégrer la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest en abrégé CEDEAO.

 

Vendredi 24 février, le royaume de Mohamed VI a annoncé par un communiqué du ministère des Affaires étrangères avoir envoyé une demande d’adhésion à Ellen Johnson Sirleaf (présidente en exercice de la CEDEAO). Avec sa position d’observateur dans cette instance, Le Royaume chérifien souhaite adhérer «  à cet ensemble régional en tant que membre à part entière ». C’est un véritable travail de fond et de rapprochement que fait personnellement le roi du Maroc.

Le Maroc entretient depuis fort longtemps une bonne relation avec plusieurs pays de la CEDEAO. Depuis juillet 2016, Mohamed VI a visité 8 pays africains pour la première fois et signé 113 accords dans 6 (six) grands secteurs : l’agriculture, la banque, les énergies renouvelables, les mines, le tourisme et la logistique. Comme le renchérit le communiqué, «  le Royaume a participé à des opérations de maintien de la paix dans région (notamment en Côte d’Ivoire) et aux efforts de médiation pour la résolution des conflits (médiation dans la crise des pays du Fleuve Mano ; contribution à la résolution de la crise institutionnelle grave en Guinée en 2009-2010 ; contribution à la stabilisation de Guinée Bissau …) ». Preuve que le pays apporte déjà sa pierre à l’édification d’une Afrique unie et prospère loin des divergences raciales.

Il faut le noter, la CEDEAO a été créée en 1975, avec pour mission principal  « la promotion de la coopération et l’intégration dans la perspective d’une Union économique de l’Afrique de l’Ouest » et intervient dans les domaines sécuritaires au besoin.  Elle est composée de 15 pays (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Guinée, Guinée-Bissau, Liberia, Mali, Niger, Nigéria, Sénégal, Sierra Leone, Togo Cap-Vert). La CEDEAO, dont le siège se trouve à Abuja, au Nigéria représente aujourd’hui une communauté de plus de 300 millions de personnes.

Articles du même auteur :

Nouroudine Akinocho

Lire le précédent

Gambie-Sénégal : le retour d’une complicité historique

Lire le suivant

Offre publicitaire gratuite aux Startups africaines

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.