fbpx

J.O Tokyo 2021/Quel bilan pour l’Afrique ?

J.O Tokyo 2021-MyAfricaInfos

J.O Tokyo 2021-MyAfricaInfos

La date du 08 août 2021 marque la fin des jeux olympiques de Tokyo. Le continent africain a remporté 37 médailles dont 11 en or. Un bilan mitigé comparé aux JO de 2016, où l’Afrique avait réussi à remporter 5% des médailles mises en jeu, un record à ce jour.  Sur 54 pays africains, 13 ont remporté une médaille olympique.

Avec onze médailles d’or, les Africains ont brillé en athlétisme avec 23 médailles sur les 37 en natation et en karaté, mais n’ont pas su s’imposer dans les sports collectifs.

Le Kenya s’est démarqué en étant 19e au rang mondial à ces Jeux olympiques avec 10 médailles dont 4 en or. Tout comme en 2016, le Kenya est le pays africain qui a remporté le plus de médailles (dix, dont quatre en or).

Il devance au classement l’Ouganda 36e avec 4 médailles dont 2 en or ; l’Afrique du Sud 52e avec 3 médailles dont 1 en or ; ensuite l’Egypte 54e avec 06 médailles dont 1 en or.

J.O Tokyo 2021-MyAfricaInfos

L’Ethiopie 56e remporte 4 médailles dont 1 en or ; la Tunisie 58e avec 2 médailles dont 1 en or ; le Maroc 63e avec une médaille en or ; le Nigeria 74e avec 2 médailles ; la Namibie 77e avec une médaille ; la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Burkina Faso et le Botswana ont également décroché au moins une médaille. Soit 37 médailles en tout pour l’Afrique (dont onze en or), contre 45 à Rio de Janeiro en 2016.

L’athlétisme, un sport africain

En athlétisme les sportifs africains se sont une fois de plus distingués, avec un total de 23 médailles (huit en or, sept en argent et huit en bronze), essentiellement sur les longues distances.

Outre la double performance lors du marathon, le Kenya a remporté l’or au 800 mètres hommes avec Emmanuel Korir et au 1 500 mètres femmes avec Faith Kipyegon, tandis que l’Ethiopien Selemon Barega s’est imposé sur 10 000 mètres et l’Ougandais Joshua Cheptegei sur 5 000 mètres. Ce dernier s’est également payé le luxe de décrocher l’argent sur 10 000 mètres.

L’Ougandaise Peruth Chemutai a quant à elle emporté le 3 000 mètres steeple féminin, tandis que le Marocain Soufiane El Bakkali a mis fin à trente-sept ans de domination kényane dans la même catégorie chez les hommes. Une performance qui lui a valu d’offrir à son pays son premier titre olympique depuis les Jeux de 2004 à Athènes.

Les Jeux de Tokyo ont également permis au Burkina Faso d’obtenir la première médaille de son histoire. Il la doit à Hugues Fabrice Zongo, qui a terminé à la troisième place lors de l’épreuve du triple saut en réalisant un bond de 17,47 m. Même si l’athlète visait l’or, sa performance a été vécue comme une grande victoire à Ouagadougou, où il a été accueilli en héros lors de son arrivée à l’aéroport international.

Natation et sports de combat

Soulignons que les sportifs africains ont aussi brillé en natation et en karaté

La nageuse sud-africaine Tatjana Schoenmaker a multiplié les podiums en dominant le 200 mètres brasse et en obtenant l’argent sur 100 mètres.

Le Tunisien Ayoub Hafnaoui a complété ce bilan positif des Africains dans les bassins en devenant champion olympique sur 400 mètres nage libre.

La dernière médaille d’or africaine a été obtenue en karaté, un des nouveaux sports admis aux jeux cette année : Feryal Abdelaziz a remporté l’épreuve des moins de 61 kg, la seule en or pour l’Egypte.

L’ivoirien Cheick Cissé n’a pas réussi à conserver son titre olympique, le premier de son pays. Néanmoins, l’Afrique a obtenu quatre médailles en taekwondo, dont celle, en argent, du jeune Tunisien Mohamed Khalil Jendoubi chez les moins de 58 kg.

En boxe, seul le Ghanéen Samuel Takyi a surnagé en obtenant le bronze chez les poids plumes, alors que la lutte gréco-romaine a offert deux podiums à l’Afrique : l’argent pour le Nigérian Blessing Oborududu et le bronze pour l’Egyptien Mohamed Ibrahim Elsayed.

Enfin, la Sud-Africaine Bianca Buitendag a décroché l’argent en surf, tout comme l’Egyptien Ahmed Elgendy en pentathlon moderne.

Grande déception dans les sports collectifs

Les Africains n’ont pas gagné la moindre médaille dans les sports collectifs. La sélection masculine égyptienne de handball a néanmoins réussi un tournoi olympique de toute beauté en terminant à la quatrième place après avoir été battue par l’Espagne (31-33). Les Pharaons avaient auparavant causé de gros problèmes à la France, future championne olympique, en demi-finale (23-37).

En football, l’Egypte a également échoué en quart de finale face au Brésil (0-1), qui remportera l’or une semaine plus tard, tandis que la Côte d’Ivoire, après avoir éliminé l’Allemagne au premier tour, a perdu en quart de finale contre l’Espagne lors de la prolongation (2-5).

Quant au Nigeria, il n’a pas brillé en basketball, que ce soit chez les filles ou les garçons. Seul représentant du continent, il a perdu ses six matchs sans jamais faire illusion. Une déception, surtout pour les D’Tigers, qui avaient battu les Etats-Unis en match amical à Dallas, quelques jours avant le coup d’envoi des Jeux olympiques.

Ceci traduit -il un manque d’esprit d’équipe en Afrique ❓

Les champions Africains au J.O Tokyo 2021.

J.O Tokyo 2021-MyAfricaInfos

Cette année, parmi ces champions, un nom a particulièrement fait la Une, celui de l’athlète Eliud Kipchoge. L’homme le plus rapide du monde sur le 42 kilomètres a conservé son titre décroché cinq ans plus tôt à Rio. Kipchoge s’est imposé en solitaire en 2h 8 min 38 sec, sous 26 degrés et 80% d’humidité, dominant la course de bout en bout. À 36 ans, il est le troisième homme à gagner le marathon deux fois consécutives, depuis l’Ethiopien Abebe Bikila (1960 et 1964) et l’Allemand de l’Est Waldemar Cierpinski (1976 et 1980)

En athlétisme toujours, la Kenyane Faith Kipyegon a elle aussi conservé son titre olympique remporté à Rio sur le 1500 mètres, tout en battant au passage le dernier record du monde sur cette distance, avec un temps de 3 min 53 sec 11e. Elle s’est imposée en attaquant dans les premiers 200 mètres de la course.

L’Ouganda doit sa dernière breloque à Joshua Cheptegei, détenteur du record du monde du 5000 mètres. Pour glaner son premier titre olympique, celui qui a également décroché l’argent sur 10.000m durant ces Jeux a placé une accélération à un tour de l’arrivée pour terminer en 12 min 58 sec 15e. L’athlète de 24 ans a permis à l’Ouganda de remporter sa quatrième distinction dans le tournoi

Le Gabon a remporté sa première médaille de toute l’histoire des JO avec le taekwondoïste Anthony Obama. Il remporte l’argent dans la catégorie des plus de 80 kilos.

Du côté du Burkina Faso aussi, le pays est à la fête, grâce à Hugues Fabrice Zango, lui aussi tout premier médaillé de l’histoire de son pays. Il a décroché une médaille de bronze au triple saut, la première de toute l’Afrique.

L’une des autres têtes marquantes de ces JO 2020 est le jeune nageur tunisien âgé de 18 ans, Ahmad Ayoub Hafnaoui. Il remporte à la surprise générale le 400 m nage libre, accueilli en grande pompe à son retour au pays.

Malgré une baisse des performances sportives par rapport à 2016 et aux jeux de Rio, l’Afrique a connu de belles surprises sportives à Tokyo cette année.

Paris, accueillera les prochains Jeux Olympiques en 2024.

Articles du même auteur :

Edith DAK

Lire le précédent

Maroc/ l’Acheuléen, une découverte archéologique édifiante s’intègre dans l’histoire

Lire le suivant

Afrique de l’Ouest/ Zoom sur le projet FARM-TRAC

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *