fbpx

Chadwick Boseman: des fans béninois s’expriment

Vendredi 28 au Samedi 29 août 2020, une nuit pas comme les autres. Une regrettable nouvelle nous venait du monde cinématographique hollywoodien. Personne n’a su maitriser son émotivité à l’annonce de cette information. Chadwick Boseman, une fierté noire du cinéma américain, n’y sera plus pour répondre. Ce cancer de colon a eu raison de lui après quatre bonnes années de lutte. A 43 ans, le Black Panther  rejoint, pour de vrai, ses ancêtres. Certains fans béninois refusent d’admettre ce voyage sans retour.

Ganesh Marcel Gbankpan : « L’acteur Chadwick Boseman que tout le monde (moi y compris) connaît sous le nom de Black Panther portait sur ses épaules, l’espoir de toute l’Afrique. Symboliquement parlant. Dans toute la pléthore de héros de l’univers Marvel, c’était lui seul, le héros qui se battait pour les valeurs africaines. L’histoire du Wakanda se rapprochait de celle de certains peuples africains le Nigeria, le Bénin etc… C’est d’ailleurs dans le film éponyme que je l’ai connu. Et son salut, les deux bras croisés en  »x » sur la poitrine, est légendaire. C’était le 30 août  que j’ai reçu un message qui annonçait sa mort, je n’en revenais pas… Pourquoi ce sont les meilleurs qui s’en vont tôt ? Un cancer du côlon à ce qu’il paraît ? Mais, pourquoi avoir attendu sa mort pour l’annoncer à tout le monde ? En tant qu’africain, nous croyons en la force de l’union de prière. Si nous avions été informés qu’il était malade, toutes les prières en sa direction auraient pu, qui sait, changer quelque chose.
Charismatique. C’est le premier mot qui m’est venu. C’est une grande perte. Même si un autre personnage revêtait le costume du BLACK PANTHER, est-ce que ce sera toujours les mêmes feelings ? Nous n’en savons rien.
Un départ éternel à 43 ans. Ah là, nous n’avons plus tellement le choix. C’est un peu comme si l’Afrique noire venait de perdre un membre de sa famille. Il faut du temps pour faire notre deuil. C’est triste. Chadwick Boseman, nous ne t’oublierons pas. WAKANDA FOR LIFE !!! »

Liliane Angord : « Chadwick Boseman, le roi T’Challa… Je l’ai connu dans le film Black Panther. J’ai donc cherché à découvrir les autres films dans lesquels, il a incarné un personnage. J’ai juste aimé son humilité et son esprit d’équipe. Il a toujours été un homme battant, un héros. Malheureusement, un philosophe disait qu’un enfant qui naît est déjà assez  vieux pour mourir. C’est vrai que c’est prématuré, la mort de Chadwick et personne ne s’y attendait. Mais, je préfère le repos aux souffrances persistantes. Malgré son mal, il n’a pas voulu abandonner son travail  et  souffrait en sourdine. Il était donc, sûrement temps pour qu’il prenne une retraite et un congé malheureusement éternels. Que son âme repose en paix. »

Lire aussi : Le marketing digital un pétrole africain 2.0 ?

Adrien Guillot (un français plus proche des expressions culturelles et artistiques béninoises) : « Je trouve cela fort regrettable au regard de l’espérance qu’il incarnait pour une jeunesse mondiale noire et de manière générale. Son interprétation dans Black Panther était remarquable. En me documentant, je constate qu’il est mort à mon âge, ses origines en Caroline du Sud, pas un Etat Américain les plus tolérants et le soutien qu’il a reçu du grand acteur Denzel Washingthon. C’est effectivement une perte pour le cinéma et surtout la possibilité de faire comprendre le monde autrement au-delà des couleurs de peau qui nous distinguent. »

Serge Hinnou « Je suis tout simplement triste. J’ai connu Chadwick Boseman par le biais de ses films à savoir : AVENGERS, CAPTAIN AMERICA CIVIL WAR et MESSAGE FROM THE KING. Dans ses films, je le vois très simple et réaliste. Il veut réussir et cherche le chemin de la réussite. Il m’a plus marqué dans le film AVENGERS, car dans ce film, ils ont valorisé la culture africaine. Paix à son âme »

Boniface Fassinou : « Je l’ai connu dans le Wakanda. Il était meilleur et jouait à la limite de ses émotions. Il faisait l’honneur de la peau noire et défendait beaucoup de couleurs  d’Afrique… Je n’accepte pas son départ prématuré, mais bon, comme c’est Dieu qui a créé, il a repris et ça fait mal. Nous ne pouvons rien. Il a fait son temps, bien qu’il soit internement malade. Que la terre lui soit légère »

Thierry Sedjro : « J’ai regardé son film Black Panther. Il est free et joue bien son rôle. Il m’a marqué par son humilité dans ce film et il aime les défis. Je suis un peu choqué mais, la mort est inévitable. Nous sommes appelé à mourir un jour. Prions pour le repos de son âme. »

Williams Evènassè Zinsou « L’acteur Chadwick Boseman, je l’ai connu grâce à ce fameux film à succès Black Panther. Il est impeccable dans ces rôles parce que ce film m’a plus façonné. Nous devons plus valoriser nos cultures, être nous-mêmes et nous battre pour le bien-être de nos peuples. Tellement de choses que j’ai gardées de Black Panther. Je ne peux donc pas accepter le décès du roi Tchalla. Non, pas du tout car, il est une légende noire. De plus, son combat et son engagement pour la cause noire sont impeccables. Mais, on ne peut rien. La relève continue »

Geoffroy Degbewan : « Chadwick Boseman est un acteur que j’apprécie beaucoup et qui m’a montré  une autre dimension de la culture Africaine. Je le voyais déjà jouer dans plusieurs films mais celui qui avait retenu plus mon attention, c’est son film sur Wakanda… Dans un monde en perpétuelle mutation et mouvementé par la technologie,  Chadwick nous montre que l’Afrique bien étant considérée comme la planète en retard, peut  bien développer sa culture en suivant la mutation du monde  par la technologie. Personne ne peut accepter de perdre un être humain encore moins,  une icône de telle envergure qui procure dévotion et abnégation à la culture Africaine par les TIC ».

Le Wakanda, pays fictif,  se veut le 55ème du continent toujours maintenu au dernier rang malgré ses valeurs et ses riches potentialités. Sorti en 2018, le film Black Panther, s’est voulu révélateur d’une Afrique prospère, capable de  s’appuyer sur ses richesses pour assister le monde.  Cette fiction réalisée par Ryan Coogler, une adaptation des aventures du premier super héros noir créé par le studio Marvel Comics en 1966, doit son règne non seulement à son originalité imaginative mais également, au mérite de son acteur principal, le black Panther incarné par le valeureux Chadwick Boseman. Un noir américain dont le combat s’enracine dans les cultures et valeurs africaines. Malheureusement, sa lutte n’a été que de courte durée. Le roi Tchalla est parti pour ne plus revenir. Il a finalement succombé à l’influence d’un cancer de colon auquel il résiste depuis 2016. Une perte au monde noir. Malgré son voyage sans retour, Chadwick Boseman laisse un héritage culturel immense. Il a su redonner la fierté aux noirs dans un monde où ils se sentent légués au second plan. Que l’âme du vaillant rejoigne les mânes des ancêtres et que son combat en tant que roi Tchalla, premier citoyen du Wakanda, convainque les chefs d’Etat Africains. Puisse sa lumière ne cesse de briller.

Articles du même auteur :

Angelo Alapini

Lire le précédent

Entrepreneuriat/ Get Up Woman lance la première Foire Internationale de la Femme Entrepreneure (FIFE)

Lire le suivant

RDC/ La Ligue 1 démarre le 25 septembre 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.