fbpx

Boxe-Tokyo 2020/ L’Algérie nourrit des rêves de médailles

A quelques mois du début des Jeux Olympiques Tokyo 2020, les athlètes qualifiés affichent clairement leur ambition. Pour les sept boxeurs Algériens, la mission est simple et claire : décrocher le maximum de médailles. Et au niveau de l’équipe on met tout en œuvre pour être au sommet et rentrer dans l’histoire.

Faire mieux qu’en 2016 aux JO à Rio, c’est l’objectif assigné aux sept athlètes qui représenteront l’Algérie à Tokyo. Mohamed Flissi (52kg), Younès Nemouchi (75kg), Abdelhafid Benchebla (91kg), Mohamed Houmri (81kg), Chouiab Bouloudinat (+91kg), Roumaysa Boualam (51kg) et Imane Khelif (60kg),  n’iront donc pas au Pays du Soleil-Levant pour faire de la figuration. Leurs objectifs sont bien définis, faire honneur aux couleurs nationales. Le DTN Mourad Meziane attend au moins une médaille de la part de ses athlètes. Car la seule médaille d’or olympique remportée par la boxe algérienne a été l’œuvre de Hocine Soltani en 1996 lors des Jeux d’Atlanta. Ce dernier a été assassiné en 2002 à Marseille. Depuis l’Algérie est en quête d’un nouveau héros ou d’une nouvelle héroïne étant que sur les sept qualifiés on retrouve deux filles Roumaysa Boualam (51kg), médaillée d’or aux Jeux Africains de Rabat en 2019 et Imane Khelif (60kg), 5e  aux Jeux Africains en 2019.

Tokyo 2020 peut être l’heure d’Abdelhafid Benchebla né en 1986 et qui vivra sa quatrième participation aux JO après Pékin, Londres et Rio. Le 28 mai 2011, Benchabla devient champion du monde WSB après un combat remporté aux points contre le français Groguhe. Au Brésil en 2016, son aventure s’est achevée aux portes des quarts de finale.

Abdelhafid Benchebla

La Fédération Algérienne de Boxe ne lésine pas sur les moyens pour permettre aux boxeurs de préparer Tokyo dans les meilleures conditions. Bien avant le tournoi de qualification à Dakar, l’équipe algérienne était partie en stage à Cuba. Mais à la veille des JO, elle compte donner un coup d’accélérateur au préparatif avec d’autres stages. Elle ne néglige pas la recherche des partenaires d’entraînement prêts à leur apporter le soutien escompté.  « La boxe est un sport populaire qui manque de soutien, mais qui a toujours réalisé des résultats. On va continuer le travail pour revenir satisfaits de Tokyo », a déclaré le directeur technique Mourad Meziane.

À Dakar, au Sénégal, la boxe algérienne a brillé derrière le Maroc en décrochant sept billets sur les vingt-six en jeu lors du tournoi de qualification. Cinq garçons et deux filles (une première) ont réussi à obtenir leur billet pour les Jeux olympiques de Tokyo l’été prochain.

Articles du même auteur :

Folly K.

Lire le précédent

Football/Patrice Beaumelle aux commandes des Éléphants de la Côte d’Ivoire

Lire le suivant

A la découverte des femmes qui font MyAfricaInfos

One Comment

  • AUX ENTRAINEURS ET ADJOINTS FAUT VOIR LES COMBATS DE NOS FUTURS ADVESSAIRES AFIN QUE NOS BOXEURS NE SOIENT PLUS SURPRIS.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *