fbpx

Bien-être dorsal: quand le dos « perd son la »

On est tous (ou presque) égaux devant les maux de dos. On peut les ignorer, mais ils finissent toujours par nous rappeler à l’ordre. Et çà George CLOONEY ne le démentira pas, lui qui affirme : « Mes genoux me font mal, j’ai mal au dos. Mais ma tête pense toujours que j’ai vingt-trois ans. »

Pourquoi toujours moi ?
Votre dos vous fait régulièrement souffrir ? Vous n’êtes pas seul ! Le mal de dos est extrêmement fréquent. Selon les études, on estime que 80 à 90% des gens auront mal au dos au moins une fois au cours de leur vie. Contrairement aux idées reçues, ces douleurs ne touchent pas uniquement les personnes âgées, les travailleurs de force ou les personnes en surpoids. Au contraire, un employé assis derrière son ordinateur est tout aussi susceptible de développer des douleurs au dos. C’est en effet un problème fréquent, qui peut survenir à tout âge et parmi toutes les classes sociales. Les médecins constatent d’ailleurs un pic de consultations pour lombalgies chez les 30 à 40 ans. Il s’agit d’un problème de santé publique très invalidant partout dans le monde.

Quelle est la racine du mal ?
Le dos est une zone du corps particulièrement sensible. La colonne vertébrale est très mobile et supporte la majeure partie du poids du corps. Elle est donc vulnérable et les tensions s’y répercutent. De nombreuses structures différentes, comme les articulations, les nerfs, les muscles ou encore les disques, peuvent être à l’origine des douleurs. Celles-ci surviennent parfois sans raison apparente ou peuvent être déclenchées par un simple mouvement. Il n’est pas toujours facile d’identifier la cause de leur apparition, car il s’agit la plupart du temps d’une accumulation de divers événements qui ont conduit à un déséquilibre.

 

Entre autres causes on peut identifier :

La surcharge et la mauvaise position
Si vous sollicitez trop votre dos ou que vous adoptez une mauvaise posture, vos muscles et vos articulations vont être surchargés à long terme. Vos habitudes sur votre lieu de travail surtout peuvent peser lourd dans la balance de la douleur. Pendant les heures de travail, notre corps doit relever de nombreux défis : nous sommes souvent contraints de rester longtemps assis ou debout, nous adoptons une mauvaise position et effectuons des gestes répétitifs.

Le port de charges trop lourdes
Parfois, nous chargeons trop nos propres épaules ou bien d’autres nous imposent des charges trop lourdes. En cas d’effort excessif ou de stress émotionnel, on a tendance à rentrer la tête dans les épaules et à relever celles-ci. Les crampes et la tension que cette posture entraîne peuvent se transformer en mal de dos.

Attention au sport
À l’heure actuelle, nombre de gens bougent trop peu, de sorte que les muscles deviennent flasques avec à la clé des maux de dos. L’activité physique est donc un must. Mais l’excès nuit en tout : trop de sport n’est pas bon non plus pour le dos. Les sports nécessitant de brusques changements de direction et des mouvements de type « stop-and-go », comme le tennis ou le squash, peuvent surmener votre dos. Mais même la musculation et le jogging, quand ils sont pratiqués de manière excessive, peuvent entraîner des maux de dos.

Il vous tombe dessus sans prévenir : le lumbago
Une autre cause de douleur dans le bas du dos est le lumbago, qui se traduit par une douleur aiguë et pénétrante dans la zone des vertèbres lombaires. Habituellement, le lumbago est associé une mobilité réduite de toute la région lombaire. Cependant, la douleur disparaît rapidement. Les causes d’un lumbago peuvent être multiples, par exemple :
* des mouvements qui génèrent des chocs;
* une charge inappropriée ou excessive du dos;
* des tensions;
* un accident;
* le froid.

Les autres causes de la douleur dorsale
Ostéoporose – cette affection entraine la perte de densité des os et leur dégradation.
Arthrose (maladie articulaire dégénérative) – Dans ce cas, le cartilage articulaire perd son élasticité et par conséquent sa fonction de tampon-amortisseur pour l’articulation.
Une maladie organique (touchant les organes internes).

Si vous souffrez de maux de dos persistants qui s’aggravent éventuellement avec le temps, consultez votre médecin pour un examen approfondi.

Mal de dos, et après ?
Les complications et l’évolution dépendent bien évidemment de la cause de la douleur.
Lorsqu’il s’agit d’un mal de dos sans maladie sous-jacente, la douleur peut être aiguë (4 à 12 semaines), et se résorber en quelques jours ou semaines, ou être chronique (lorsqu’elle dure plus de 12 semaines).
Il existe un risque important de « chronicisation » des maux de dos. Il est donc important de consulter rapidement son médecin pour éviter que la douleur ne s’installe durablement. Plusieurs conseils peuvent toutefois permettre de limiter ce risque.

Qui a plus de chances (ou de malchance) d’avoir mal au dos ?
Si le mal de dos peut toucher n’importe qui, certaines personnes sont toutefois plus sujettes à ce type de douleurs, notamment :
* les travailleurs contraints de porter des charges lourdes, ou d’effectuer des gestes répétitifs sollicitant le dos;
* les femmes enceintes;
* les personnes âgées de plus de 40 ans (entre 40 et 80 ans);
* les personnes en surpoids ou obèses;
* les personnes qui pratiquent peu ou pas d’activité physique.

Les facteurs de risques
Plusieurs facteurs augmentent le risque que la douleur du dos devienne chronique. Ces facteurs sont multiples :
* le bas niveau d’éducation et de ressources;
* l’insatisfaction professionnelle;
* l’appréhension du mouvement et l’attitude d’évitement (lorsqu’on ne bouge pas de peur de se faire mal);
* les événements familiaux négatifs (deuils, divorce…);
* le stress, l’anxiété ou la dépression;
* l’absence d’exercice physique.

Peut-on prévenir ?
Il est difficile de donner des conseils généraux de prévention tant les causes possibles du mal de dos sont nombreuses.
S’il s’agit d’un mal de dos commun, sans pathologie grave, certaines mesures d’hygiène de vie et postures permettent de limiter le risque de survenue et d’aggravation des douleurs.
Parmi ces conseils :
* maintenir une activité physique minimale;
* éviter le repos prolongé au lit;
* tirer ou pousser les charges plutôt que les lever, maintenir l’alignement des vertèbres (ne pas courber le dos et plier les genoux);
* bien ajuster son poste de travail (devant l’ordinateur, notamment);
* pratiquer régulièrement une activité physique et une activité permettant de détendre le dos (yoga, relaxation…);
*suivez également cette vidéo sur les règles d’une bonne hygiène du dos.

Traitements médicaux
Le traitement du mal de dos non spécifique repose sur des médicaments, si nécessaire au moment des crises douloureuses, mais surtout sur des mesures non-pharmacologiques (éducation, exercices de musculation et d’assouplissement, massages…). Les programmes multidisciplinaires associant une prise en charge de la douleur, des séances d’éducation et de conseils, de l’exercice physique et un accompagnement psychologique sont les plus performants.

Dans la grande majorité des cas, les maux de dos disparaissent en quelques semaines. Cependant, une certaine proportion d’entre eux deviennent chroniques (environ 7%). Il existe alors, très souvent, un cercle vicieux : plus on a mal, moins on sollicite le dos, plus les muscles s’affaiblissent, moins ils soutiennent la colonne vertébrale, et… plus on a mal.
Voici un aperçu des traitements et mesures fréquemment recommandés pour les douleurs aiguës et chroniques non spécifiques.

Médicaments anti-douleur
Lorsque la douleur est intense, plusieurs médicaments permettent de la soulager, le paracétamol (acétaminophène), un antalgique (médicament anti-douleur) étant recommandé en premier lieu. Il est important de traiter efficacement la douleur dès son apparition. Dans certains cas, des infiltrations péridurales de corticoïdes peuvent être proposées.

Exercices, manipulations physiques et massothérapie
En cas de mal de dos, le repos au lit n’est jamais conseillé (sauf en phase aigüe très douloureuse, et pas plus de quelques jours dans ce cas).
L’ostéopathie, la physiothérapie (kinésithérapie) et la massothérapie sont des traitements efficaces pour les maux de dos, surtout lorsqu’ils persistent plus de deux semaines.
Associant manipulations, exercices de musculation (muscles paravertébraux, abdominaux), réadaptation à l’effort, et parfois stimulation électrique, massage, chaleur, etc., ces techniques permettent de relâcher les muscles et d’améliorer la posture, et de prévenir le retour de la douleur.

Psychothérapie et éducation
Certaines approches de psychothérapie, peuvent aider à sortir du cercle vicieux de la douleur chronique.
En plus de diminuer l’intensité de la douleur, elles permettent de mieux gérer le stress, d’apprendre à se détendre et à avoir une attitude plus positive. La thérapie cognitivo-comportementale est une des approches les plus utilisées.

Intervention chirurgicale
Peu de personnes souffrant de maux de dos chroniques doivent subir une intervention, mais celle-ci peut être proposée en cas de douleurs associées à une sciatique ou une cruralgie, ou en cas d’anomalies ou de malformations accessibles à la chirurgie.

Ecrit par Dr ABBEY Abbévi Elie

SOURCES

https://www.antidouleur.be/douleur/maux-de-dos

https://www.passeportsante.net/fr/Maux/Problemes/Fiche.aspx?doc=mal-de-dos-symptomes

Suivez-nous :
https://www.instagram.com/zopitaux/
https://twitter.com/zopitaux
https://www.facebook.com/leszopitauxetmoi/

Articles du même auteur :

MyAfricaInfos

Lire le précédent

Mauvaise alimentation en Afrique : le malheur importé !

Lire le suivant

Les maillots Nike by Wizkid en rupture de stock.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.