fbpx

Bénin/ ‘’Le Prix d’un Péché’’ : l’ écrivain Mahutin SOKENOU trempe sa plume au secours de l’éducation sexuelle

Le Prix d’un Péché-MyAfricaInfos

Le Prix d’un Péché-MyAfricaInfos

Quand le sexe devient un sujet tabou entre enfants et parents, c’est l’avenir de toute une génération d’hommes qui en pâtit. Pourquoi donc payer un tel lourd prix pour un simple péché de cinq minutes ? Dans un très simple style de langue, le jeune auteur Pierre Mahutin SOKENOU vole au secours des jeunes filles élèves souvent partagées entre le prince de leur cœur, le harcèlement de certains enseignants, l’irresponsabilité et l’immaturité des parents et surtout, la réalisation de leurs rêves de vie. Le Prix d’un Péché est un roman en dix tomes dont le premier en 85 pages, est lancé en décembre 2019.

(…) En chemin, je voulais retourner à la maison mais je me rendis compte que j’avais encore au moins deux heures de temps avant qu’il ne soit midi. Pour alors éviter les éventuels risques de fouets de la part de mes parents, je pris alors la décision de rendre visite à mon cher prince. (…) Bruno s’approcha davantage de moi et commença par me toucher de plus bel la poitrine de ses deux paumes de mains. On dirait qu’il était heureux à chaque fois qu’il me touchait les deux petites oranges que j’avais sur la poitrine. Ces touchers que je recevais sur la peau me faisaient rêver. (…) Ce jour-là, Bruno et moi avions fait l’amour. Je venais ainsi de perdre ma virginité. Quelques semaines après nos ébats sexuels, je n’eus pas mes menstrues.

LE PRIX D’UN PÉCHÉ, tome 1, clame l’histoire d’une jeune fille appelée Grâce Vodounon, un personnage fictif qui n’a existé que dans les imaginations de Pierre Mahutin SOKENOU. Belle créature de teint clair et en forme ronde, Grâce est élève en classe de troisième et a 17 ans. Elle ignorait ce qu’est l’amour dans son vrai sens. Malheureusement, elle se fait charmer par Bruno, aussi élève en troisième comme elle. L’aventure ne sera que de courte durée. Juste quelques temps et l’héroïne se laissera faire Princesse puis tombera enceinte. Cette situation malsaine que morbide en face de laquelle la jeune Grâce se retrouvera, modifiera affreusement les séquences de sa vie.

Qu’est-ce qui pouvait conduire à une telle inspiration ? Le jeune auteur se confie :

« En fait, j’ai enfin compris que l’écrivain n’écrit pas parce qu’il se voit à la hauteur du verbe. Tout écrivain écrit pour circuler un message ; faire voyager un message si vous me permettez à le dire ainsi ! Ce qui m’a inspiré à me jeter à la plume pour cette histoire est très simple. Vous savez, le monde n’est plus comme il était il y a cinquante ans. Tout a changé. Figurez-vous un peu : dans les temps passés, le nouveau-né qui vient fraîchement au monde n’ouvre ses yeux qu’après huit jours avec les poings fermés. Mais aujourd’hui, tel n’est plus le cas d’où, le nouveau-né a presque déjà les yeux ouverts avant sa sortie de l’entraille de sa mère comme pour voir la fosse d’où il venait de sortir. Si je caricature le monde actuel à la venue au monde d’un bébé, c’est pour vous dire par-là que, le monde a changé et ne répond plus à son titre d’autrefois et parce qu’il a changé de visage, il faut aussi revoir certaines choses.
Vous savez, les parents de nos jours veulent toujours éduquer les enfants qui naissent aujourd’hui comme ceux d’entre-temps sans savoir que “ le monde a évolué ”. Ils pensent toujours s’appesantir sur les méthodes d’éducation de lorsque le monde “ était monde” sans savoir que ce que nous appelons modernisation a déjà tout boycotté. Au temps de nos aïeux, il n’y avait pas de télécommunications et nous le savons tous. Aujourd’hui, parce qu’il y a ces outils de divertissement je dirai, les enfants savent déjà, à l’âge de huit ans, ce que c’est que le “ sexe ” à travers les médias. Et les parents, pour éviter le PIRE, au lieu de s’entretenir avec leurs rejetons en leur parlant de ce qu’est LA SEXUALITÉ, ils prennent pour TABOU ce thème et les enfants finissent par tomber dans des pièges qui ne sont point digne de renom et après tout, c’est se mettre à crier sans vergogne que ces enfants ont mis de la honte sur la famille alors qu’ils en sont les premiers criminels. Et au lieu d’y trouver une solution, c’est exclure la fille de l’école qui en fait leur priorité. Pendant ce temps, QUI EST-CE QUI PERD ? Est-ce la fille ou le parent ? Je m’arrête là !
 »

Vous avez utilisé un très simple style, pourquoi ce choix ?

Vous savez, bien qu’étant écrivain, je déteste le “ style soutenu ”. J’ai simplement la migraine quand au cours d’une lecture, il faut nécessairement et à tout moment, faire recours à un dictionnaire avant de comprendre le sens d’un mot, d’un message ou carrément de toute une phrase. Simplement, il faut dire que j’ai choisi de conformer mes lecteurs à ma préférence.

Quel Impact attendez-vous de “ Le Prix D’un Péché ” ?

LE PRIX D’UN PÉCHÉ en réalité, trame la prise de conscience à l’égard de tous dont les parents en particulier. A travers cette histoire, dans le développement, on comprendra qu’un « seul » péché commis peut détruire la vie de “ plusieurs ” générations. L’on doit donc faire très attention et savoir que la nature a horreur des faux pas. Et en même temps, surtout, savoir que le monde a déjà changé de visage depuis des lustres et qu’il faut à tout prix revoir le contenu de l’éducation de sa progéniture pour ne pas perdre plus en se faisant l’idée d’être rigoureux à l’encontre de celle-ci.

Voilà qui se veut sensibilisateur. L’erreur est humaine a-t-on dit ? Mais, rien qu’à égrener les pages de ce roman, on se rend compte que l’homme, encore moins, une jeune fille de 17 ans n’aura jamais droit à l’erreur. Entre passion de lire et curiosité de découvrir la situation finale de l’histoire, LE PRIX D’UN PECHE ne s’empêchera de voler quelques gouttes de larmes à tout lecteur au cœur sensible.


(…)Où était passé la mort à l’instant ? Si je pouvais non seulement demander à mon Dieu de faire cesser le battement de mon cœur, je le ferais car, la souffrance était énorme.
Ma vie, elle vous fera énormément pitié.
Etais-je le premier humain à commettre d’erreur ? Ne commettait-on pas d’erreur avant que je ne sois née ? Etait-ce uniquement parce que j’étais tombée enceinte qu’on me frappait avec tant de violence ou avais-je au préalable commis une erreur pour laquelle on me guettait ?
Ce fameux mercredi, jamais il ne s’effacera de ma mémoire.
Je fus frappée pendant un bon moment. Mon corps fut bien labouré et bien laminé de cravache. Les chicotes qu’avaient apportées mes oncles étaient faites de peau de bœuf.
Après m’avoir bien corrigée, un de mes oncles eut encore le cœur méchant de me verser par la suite, un liquide brûlant sur le corps.
Quelle merde ! Ce liquide était encore plus brûlant que le premier que j’avais reçu sur le corps.Enseignants, parents et jeunes filles, le dialogue sur la sexualité : qui doit faire quoi et quand ?

Mahutin SOKENOU-MyAfricaInfos
Mahutin SOKENOU-MyAfricaInfos


Né en 1995 à Parakou au Nord du Bénin, Pierre Mahutin SOKENOU est titulaire d’un baccalauréat A2. Après de nombreuses observations sur les obstacles qui entravent l’évolution des jeunes filles en milieu scolaire, le jeune écrivain décide de donner de la voix par une pure imagination. Jeune fille, fait attention à toi. Parent, assume ta responsabilité et discute avec ta fille sur les contours de la sexualité. Enseignants, ton élève devrait être ta fille et non, ta maitresse. Telles ont été mes conclusions après une lecture passionnée de LE PRIX D’UN PECHE, Tome 1. En attendant le tome II, je vous invite à découvrir l’aventure terrestre de Grâce Vodounon selon l’imagination de Pierre Mahutin SOKENOU.

Articles du même auteur :

Angelo Alapini

Lire le précédent

Les troubles bipolaires !

Lire le suivant

Réseau 5000-Contacts : une Afrique libre, une Afrique solidaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.