fbpx

Du formol dans nos aliments : le silence coupable des autorités

Depuis un certain temps les médias africains et internationaux révèlent l’usage du formol (une substance cancérigène) dans la préparation ou la conservation de nos aliments. Alors que dans d’autres pays les dirigeants en font une affaire d’Etat, ailleurs c’est le silence total face à cette pratique criminelle.

 

C’est quoi le formol ?

Le formol encore appelé le formaldéhyde est un composé organique appartenant à la famille des aldéhydes dont la formule chimique est CH2O. Egalement appelé méthanal ou aldéhyde formique, il s’agit d’un liquide au gout sucré utilisé notamment pour conserver les spécimens en étude dans les laboratoires ou pour embaumer les corps sans vie.

Le formol est utilisé dans la fabrication des mousses d’isolation, certains shampooings et produits cosmétique, certaines peintures, la colle à moquette, etc.

L’inhalation du formol peut entrainer des maux de tête, des nausées et l’irritation des voies respiratoires. Si vous l’avalez, vous ressentirez des brûlures des voies digestives et vous pouvez devenir aveugle. Le facteur cancérigène de cette substance n’est plus à démontrer. Consommée à une très grande quantité, elle peut conduire à la mort.

Cupidité au détriment de la santé des consommateurs

La crise économique n’a rien à avoir avec l’usage du formol dans les produits aliments. Il s’agit de la mauvaise fois des acteurs du domaine qui sont à la recherche abusive du bénéfice. Pour eux la santé du consommateur n’est pas une priorité. Le plus important est d’avoir plus de profit.  C’est ainsi, qu’un(e) revendeur (se) de bouillie, de jus de fruits, de biscuits ou de sucettes sera amenée à mélanger son sucre avec du formol ou au pire des cas, préférer le formol au sucre.

Des agriculteurs chinois n’ont pas manqué d’asperger des légumes d’un mélange à base de formol pour maintenir leur fraîcheur. Au Ghana, il a été révélé que des femmes utilisent du formol pour travailler le poisson frais pour en faire ce qu’on appelle « kpatogoe » ou « koobi » ou « tilapia séché ».

Le silence coupable de certaines autorités

Si en Chine ou au Ghana, les autorités en ont fait une affaire importante et ont ouvert des enquêtes pour déterminer les coupables, d’autres pays comme le Togo ne s’en préoccupent pas. En effet, la pratique consistant à utiliser le formol dans les produits comestibles a été dénoncée par plusieurs médias du pays. Cependant, aucune autorité du pays ni même les associations dites de défense des consommateurs ne s’y sont intéressés.

Par ailleurs il faut reconnaitre qu’on ne peut pas toujours compter sur les premiers responsables de certains pays.

Alors, même si nos dirigeants ont échoué à l’un de leur devoir principal qui est de sensibiliser suffisamment la population afin de la protéger, nous en tant que citoyens avons un vrai devoir qui est de responsabiliser les consommateurs en attirant leur attention sur l’effet nocif de certains produits sur notre organisme.

Les vendeurs/ vendeuses sont guidées par le gain d’argent ou de bénéfice. Il nous revient alors le rôle de les mettre face à leurs devoirs qui est de rechercher avant tout le bien-être de leurs consommateurs. Il faut qu’ils soient conscients qu’ils mettent la vie de leurs semblables en danger en agissant ainsi, sans oublier leurs propres familles qui ne sont pas à l’abri de consommer également ces produits toxiques.

Et nous en tant que clients, encourageons nos mamans, nos sœurs à utiliser des produits locaux et non des importations qu’on leur qualifie de juteuses mais dont on ignore les origines souvent douteuses voire dangereuses.

La vie ne vaut rien mais rien ne vaut la vie, et il nous incombe à tous de la préserver.

Articles du même auteur :

Nouroudine Akinocho

Lire le précédent

Bénin/ « La nuit des contes et des panégyriques » : la célébration de la culture orale africaine !

Lire le suivant

Devoir de mémoire : quand les migrants étaient des Européens

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *